Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Amazon se renforce sur le marché des assistants personnels





Le 11 Mai 2017, par Anton Kunin

L’annonce a fait l’effet d’une bombe dans la communauté tech : déjà bien ancré sur le marché naissant des assistants personnels contrôlés par la voix, Amazon vient d’annoncer le prochain lancement d’un assistant intégrant en plus un écran tactile. Il s’agit d’une première dans le secteur.


Amazon Echo Show, l’aboutissement d’un rêve d’auteurs de science-fiction

Après l’essor des smartphones, voici venu le temps des assistants personnels avec qui vous interagissez avec votre voix. Vous souhaitez connaître la météo, l’heure de passage du prochain bus ou le solde de votre compte en banque ? Si vous possédez un Amazon Echo, lancé en 2014, ou un assistant personnel équivalent d’un autre fabricant, il vous suffit de poser ces questions de vive voix pour que celui-ci vous réponde. C’est bien sûr pratique, mais dans certaines situations, ce n’est pas suffisant. C’est en partant de ce constat qu’Amazon lance ce 10 mai 2017 une version d’Echo avec un écran tactile et une caméra, baptisée Echo Show.

Si vous souhaitez voir des photos de votre prochaine destination de vacances, par exemple, vous n’avez qu’à dire « Echo, montre-moi des photos de Crète », et Echo Show vous les affichera sur l’écran. Il en va de même pour les vidéos YouTube. Mais la fonctionnalité ultime de ces gadgets, ce sont les appels vidéo. La technologie est certes bien connue du grand public et n’a rien de nouveau, mais c’est la première fois qu’elle pourra être utilisée sur un appareil autre qu’un ordinateur, un smartphone ou une tablette. Le fameux rêve chéri par les auteurs de science-fiction, celui d’une communication vidéo à distance grâce à des écrans installés dans la chambre de chacun d’entre nous, est sur le point de devenir réalité. Et si vous en faites le choix, vous pouvez même autoriser vos proches à initier la conversation avec vous directement, sans que vous ayez besoin de décrocher.

Amazon Echo, un gadget dont l’étendue des possibles reste méconnue

Selon un sondage réalisé par Business Insider Intelligence en février 2017, 33 % des utilisateurs d’un assistant personnel contrôlé par la voix apprécient le fait que l’interaction se passe sans contact physique, par la voix. 20 % les trouvent futuristes et amusants, tandis que 18 % n’y voient aucun avantage. Selon les données d’Experian Information Solutions, 85 % des personnes possédant ce type de gadget l’utilisent comme minuteur, 82 % le font pour écouter de la musique, 66 % pour connaître l’actualité, 62 % pour savoir l’heure qu’il est, 46 % pour contrôler le système de « lumière intelligente » dans leur logement, 45 % pour faire leur liste de courses, 32 % pour acheter un article sur Amazon et 30 % pour contrôler le chauffage dans leur logement.

D’après une étude de VoiceLabs, les « savoir-faire » d’Amazon Echo ne cessent de se développer. La plateforme pouvait réaliser 1 000 actions différents en juin 2016, 5 000 en novembre 2016 et déjà 7 000 en janvier 2017. Mais les différentes fonctionnalités utilisées par l’immense majorité des personnes ne sont qu’une partie infime de ce dont ces gadgets sont capables. Pour preuve, seuls 31 % de ses « savoir-faire » ont reçu au moins un avis client, ce qui veut dire que la plupart des applications d’Echo restent inutilisées. Par ailleurs, aucune de ces applications ne dispose à ce jour d’un modèle économique propre.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »
















Rss
Twitter
Facebook