Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Axa se désengage de l’industrie du tabac





Le 23 Mai 2016, par

Un assureur peut-il financer une activité dont le coût humain augmente chaque année ? Posée ainsi, la question n’appelle qu’une seule réponse qui est bien évidemment « non ». Axa a donc décidé de retirer son argent des fabricants de cigarettes.


C’est le nouveau patron de la compagnie d’assurances, Thomas Buberl, qui en a fait l’annonce durant une réunion de l’Union for International Cancer Control. Pour lui, il n’est plus cohérent de financer l’industrie du tabac. « Nous sommes persuadés du rôle positif qu’un assureur peut jouer au sein de la société. Quand il s’agit de questions de santé, nous devons mettre l’accent sur la prévention pour protéger nos clients ». De fait, Axa a décidé de se désengager de cette industrie à hauteur de 1,8 milliard d’euros.

Cette décision « a un prix », admet Thomas Buberl. Mais « le coût humain du tabac est tragique. En tant qu’investisseur majeur et leader de l’assurance santé, nous souhaitons faire émerger des solutions. Et nous espérons que d’autres acteurs de notre secteur feront de même ».

Axa va donc se départir des actions détenues chez les fabricants de cigarettes, ce qui représente 200 millions d’euros ; à cela s’ajoute la réduction du portefeuille d’obligations en sa possession, soit 1,6 milliard d’euros. Le symbole est important, mais le coût des répercussions du tabac coûtera à l’assureur 2 milliards d’euros chaque année dans le monde.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : axa, tabac

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"
















Rss
Twitter
Facebook