Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

BNP Paribas paiera une amende de 350 millions de dollars





Le 27 Mai 2017, par Anton Kunin

Le groupe bancaire français est parvenu à un accord avec le Département des Services Financiers de l’État de New York, un accord qui l’engage à régler l’équivalent de 313 millions d’euros pour avoir manipulé les taux de change.


Des traders de BNP Paribas réalisaient une manipulation coordonnée

Les agissements pour lesquels le Département des Services Financiers (DSF) de l’État de New York en voulait à BNP Paribas remontent à la période comprise entre 2007 et 2013. Une dizaine de collaborateurs de BNP Paribas basés à New York, Londres et Tokyo manipulaient alors délibérément les prix des devises et les marges lorsqu’ils réalisaient des opérations de change sur le rand sud-africain, le forint hongrois et la livre turque.

Concernant le rand sud-africain, le DSF précise en particulier qu’un trader de la banque française avait créé un tchat qu’il a nommé « ZAR Domination » (ZAR étant le sigle signifiant le rand sud-africain), tchat qu’il utilisait pour correspondre avec ses collègues pour coordonner leurs activités de manipulation. Le groupe achetait massivement le rand pendant les heures de marché à New York (et donc pendant la nuit en Afrique du Sud) afin de profiter de cette période de faible liquidité et faire monter le cours. Une fois que la bourse de Johannesbourg réouvrait, les traders vendaient le rand, réalisant de beaux profits. Le trader à l’origine de la combine avait d’ailleurs persuadé des confrères dans d’autres banques à faire de même avec d’autres devises.

BNP Paribas affirme contrôler plus étroitement ses traders

Dans un communiqué, BNP Paribas assure avoir renforcé ses mesures de contrôle et de conformité depuis les faits. La banque a notamment augmenté les ressources dédiées à ces fins et a étoffé son équipe de supervision. Une formation du personnel a été mise en œuvre, et un nouveau Code de conduite, appliquable à l’ensemble des collaborateurs, a été adopté. Des mesures disciplinaires ont depuis été pris à l’encontre des collaborateurs fautifs, dont certains ont été licenciés. La banque a par ailleurs accepté de ne pas les réembaucher.

En 2014, BNP Paribas a déjà écopé d’une amende de 8,9 milliards de dollars (79,6 milliards d’euros) aux États-Unis, pour avoir violé les embargos économiques imposés vis-à-vis de certains pays. Et en 2015, d’autres banques (UBS, Bank of America, Citigroup, JP Morgan, RBS et Barclays) ont dû payer une amende de 5,8 milliards de dollars (5,1 milliards d’euros) pour des faits de manipulation des taux de change similaires.





1.Posté par Khalfallah le 29/05/2017 14:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
8.9 milliard de dollars ne font pas 79.6 milliards d'euros, BNP PARIBAS a réglé environ 6 milliards d'euros.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »
















Rss
Twitter
Facebook