Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Bitcoin : le tribunal donne le feu vert pour la liquidation de MTGoX





Le 24 Avril 2014, par

Ce fut un choc qui a miné la stabilité et la confiance de la monnaie virtuelle, le Bitcoin, qui a du mal à se reprendre. La plateforme MTGoX, basée à Tokyo, a fermé ses portes du jour au lendemain puis a déclaré faillite fin février 2014. La raison officielle de cette fermeture a été un vol très important de Bitcoins. Désormais, la société est en liquidation judiciaire.


cc/flickr/zcopley
cc/flickr/zcopley
Ce jeudi 24 avril 2014 est probablement le jour où se clos définitivement l’aventure Bitcoin pour MTGoX : le tribunal de commerce de la ville de Tokyo, chargé du dossier de la faillite de la plateforme d’échange de bitcoins, a annoncé qu’elle validait la procédure de liquidation judiciaire. Elle a déjà nommé un syndic de faillite qui se chargera de faire valoir au mieux les droits des créanciers. Mais ceux-ci se comptent par dizaines de milliers, ce qui risque de rendre la tâche plus ardue.

Au total, pas moins de 127 000 personnes auraient été touchées par la faillite de MTGoX. Elles ont vu, lors de la fermeture du site, disparaître les quelques 850 000 bitcoins que la société gérait. Au plus haut de leur valeur, cette quantité représentant une somme de plus de 850 000 dollars.

M. Nobuaki Kobayashi, nommé syndic de la liquidation, devra donc étudier les dossiers et les demandes de remboursement qui devraient arriver par dizaines de milliers. « Toute personne qui n’aura pas fait demande pour bénéficier de la répartition du produit de la liquidation ne recevra rien » a déjà prévenu M. Kobayashi.

En plus des valeurs matérielles, quelques 200 000 bitcoins ont été retrouvés. Mais les biens de MTGoX aux Etats-Unis sont protégés et ne devraient pas rentrer dans les biens prévus pour cette liquidation.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook