Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Classement Universum Global des employeurs 2013 : ce que nous dit le classement





Le 4 Octobre 2013

Universum Global vient de publier, pour la 5ème année consécutive, le classement des 50 employeurs les plus attractifs dans le monde, dans le cadre d’une étude produite d’après interrogation de plus de 200 000 étudiants de grandes écoles et universités à travers 12 pays. Ce sont, sans surprise, les employeurs anglo-saxons qui trustent les premières places dans les deux catégories distinctives.


La part belle aux anglo-saxons

Classement Universum Global des employeurs 2013 : ce que nous dit le classement

Séparés en deux catégories, ingénierie d’un côté et commerce/management de l’autre, les « employeurs idéaux » sont avant tout américains : dans les deux domaines, Google arrive en tête de ce classement. Dans le domaine du commerce, les quatre suivants, eux aussi américains, sont issus des domaines de la finance et du conseil : Ernst & Young, Goldman Sachs, PWC, Microsoft. En matière d’ingénierie, Microsoft, IBM, et Apple suivent Google. Le premier européen de ce classement, BMW, arrive 5ème dans cette catégorie. Le premier français, L’Oréal, arrive quant à lui à la 15ème place de la catégorie commerce.  Peut-on tenter de tirer quelques informations de ce classement ?


Finance, consulting et technologie à l’honneur

Les trois piliers de ce top 50 des employeurs semblent sans conteste être les domaines de la finance, des nouvelles technologies et du consulting. Le format des entreprises choisies semble lui aussi relativement révélateur : il s’agît uniquement de groupes profondément multinationaux, très majoritairement anglo-saxons mais à l’identité néanmoins bien affirmée, et bénéficiant d’un capital considérable, privilégiant un management de type anglo-saxon et favorisant une intégration rapide et totale de ses salariés. En clair, il apparait qu’un certain besoin de sécurité de l’emploi mais aussi de progression au sein d’un grand groupe fasse partie des objectifs prioritaires des futurs cadres du management et de la technologie de pointe.


Un classement discutable ?

Mais ce classement aégalement quelques limites. En effet, comme l’explique Universum Global, le sondage a été réalisé auprès de 200 000 élèves des 12 pays à l’économie les plus développées actuellement. Si cela implique le Brésil, la Chine et l’Inde, quid du reste des nombreux pays émergents ? Ensuite, le classement a été établi d’après des sondages réalisés uniquement auprès d’étudiants en écoles de commerce ou d’ingénieur. De plus, les écoles d’excellences sélectionnées privilégient de fait l’ouverture à l’international et des programmes universitaires qui, pour être attractifs, doivent être reconnus hors du strict cadre national. Compte tenu de cet état de fait, difficile de ne pas conclure que cette étude ne fait que constater un phénomène déjà bien connu : celui de la standardisation des dynamiques universitaires, des programmes, des objectifs, des ambitions et donc des débouchés. Un ingénieur de l’école centrale de Paris ou de Cambridge pense-t-il de manière radicalement différente, en terme de choix de carrière, qu’un diplômé du MIT ? On peut en douter.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook