Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Coca-Cola va supprimer près de 1 800 postes





Le 9 Janvier 2015, par

Le Coca semble moins faire recette. L’entreprise américaine a indiqué jeudi 8 janvier qu’elle allait supprimer entre 1 600 et 1 800 emplois dans les prochains mois, afin de réduire ses coûts de fonctionnement.


@Shutter
@Shutter

Coca-Cola, qui emploie au total 130 600 personnes dans le monde, a précisé jeudi 8 janvier qu’elle allait supprimer entre 1 600 et 1 800 postes dans les prochains mois, dans le but de réduire ses coûts de fonctionnement. L’entreprise a commencé à informer ses salariés du plan social à venir. A noter que cela concernera des emplois sur le sol américain, mais également à l’extérieur. 

 

Plus précisément, toutes les activités du groupe seront touchées par ce plan social, y compris au siège social à Atlanta, où l’on envisage pas moins de 500 départs. Coca-Cola précise également qu’elle continuera à l’avenir à examiner les moyens de réduire les coûts de ses activités, ce qui laisse présager d’autres actions de ce type à l’avenir.

 

En octobre dernier, l’entreprise avait annoncé un programme de 3 milliards de dollars d’économies après la publication de la baisse de son bénéfice net de 14 % pour le troisième trimestre et d’une petite hausse de 1 % des ventes, en volume. 



Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook