Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Démission de François Rebsamen : "Je pars avec le sentiment d'avoir bien fait mon travail"





Le 10 Août 2015, par Léa Pfeiffer

Le ministre du Travail va quitter ses fonctions pour retrouver le fauteuil de maire de Dijon, qu'il a déjà occupé pendant 13 ans. Il s'en va sans regrets, balayant quelques polémiques, et peu inquiet de laisser derrière lui un bilan très mitigé.


jdd
jdd

Une démission officielle le 19 août

Ce lundi, sauf surprise de taille, François Rebsamen devrait être réélu maire de Dijon suite au décès d'Alain Millot, l'un de ses proches amis, fin juillet. Un poste qu'a déjà occupé le ministre du Travail pendant 13 ans. "Je remettrai ma démission le 19 août à la fin du prochain Conseil des ministres", annonce-t-il dans les colonnes du Parisien, respectant ainsi l'article 4 de la charte de déontologie des membres du gouvernement sur le non-cumul des mandats.
 
Face aux bruits courant à propos de son retour à Dijon, Manuel Valls avait prévenu qu'il n'y aurait aucune exception à la règle. "Il y a un immense quiproquo: je n'ai jamais envisagé de cumuler les charges de maire de Dijon et de ministre (...) Je sais très bien qu'on ne peut pas faire les deux et je ne l'ai jamais envisagé" a-t-il précisé au quotidien. "On m'a fait un procès d'intention insupportable", se désolé François Rebsamen.

Et le chômage ?

Le ministre assure que "l'année 2015 s'annonce meilleure" car l'économie française "recrée des emplois. On peut donc s'attendre à ce qu'à la fin de l'année le chômage recule enfin" . L'ancien sénateur part le coeur gros, se félicitant d'avoir ''contribué, au nom du gouvernement, à mettre en place un certain nombre de dispositifs facilitant la vie des entreprises sans pour autant diminuer les droits des salariés".
 

Des propos qui ne sont pas sans faire écho aux polémiques qui ont ponctué ses seize mois au gouvernement, notamment à cause de prises de positions controversées au sujet des 35 heures ou du contrôle des chômeurs. "Je regrette que mes propos aient été mal compris", déclare-il à ce sujet. Accusé par Nicolas Sarkozy de "manipuler" les chiffres du chômage, François Rebsamen se défend : "Se livrer à une telle polémique politicienne pour tenter de gagner quelques vois à l'extrême droite n'est pas digne d'un ancien président de la République. Nicolas Sarkozy le sait très bien".  
 

A ce jour, le nom du successeur au poste de ministre du Travail doit être décidé par François Hollande. Pour occuper le poste, les noms d'Alain Vidalies, l'actuel secrétaire d'Etat chargé des transports, de Laurent Grandguillaume, député PS de Côte d'Or ou de Jean-Marc Germain, proche de Martine Aubry, circulent. "Le délais de décision sera court", a déjà promis l'exécutif. Plus court que le temps nécessaire pour inverser la courbe du chômage, à n'en pas douter.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook