Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Épargne bancaire : les encours ont augmenté de 52,6 milliards d’euros en 2016





Le 27 Juillet 2017, par Anton Kunin

Les Français déposent toujours plus d’argent sur les livrets d’épargne réglementée. Après une collecte positive de 42,3 milliards d’euros en 2015, le montant net déposé en 2016 sur les livrets bancaires s’est établi à 52,6 milliards d’euros, révèle la Banque de France.


L’encours de l’épargne bancaire s’élève à 1 360 milliards d’euros

Souvent décrié en raison de sa faible rémunération, lorsqu’il est réglementé (ou de la charge fiscale qui va avec, lorsque la rémunération est plus conséquente), le livret bancaire continue de recueillir l’adhésion des Français. Après une collecte de 42,3 milliards d’euros en 2015, un nouveau record a été établi en 2016, lorsque 52,6 milliards d’euros nets ont été déposés sur ces produits d’épargne. Leur encours total s’établit aujourd’hui à 1 360 milliards d’euros.

Les dépôts à vue et les PEL (Plan d’épargne logement) concentrent la quasi-totalité des ouvertures de produits d’épargne bancaires en 2016. Les livrets ordinaires (non réglementés) suscitent également l’enthousiasme, les opérations commerciales (taux boostés) s’étant multipliées chez les banques en ligne. En 2016, ces livrets ont enregistré une collecte de 5,3 milliards d’euros, contre 0,7 milliards d’euros en 2015, et les retraits ont diminué (-1,4 milliard d’euros en 2016 contre -10,4 milliards d’euros en 2015). Pour la Banque de France, l’intérêt des épargnants pour ces livrets s’explique par la saturation par un certain nombre d’épargnants du plafond de leurs livrets réglementés (Livret A, LDDS).

Après un mois d’enthousiasme, les épargnants se désintéressent du PEL

Même si de nouveaux livrets proposant une rémunération assez élevée ont essaimé ces dernières années, les Français ne sont pas prêts à délaisser les livrets réglementés pour autant. Le PEL en particulier a suscité un grand intérêt de la part des épargnants début 2016, un phénomène qui s’explique probablement par l’annonce par le gouvernement d’une baisse à 1,5 % du taux des PEL ouverts après le 1er février 2016. Une nouvelle baisse du taux des PEL est d’ailleurs intervenue pour les plans ouverts à compter du 1er août 2016 (ramenant la rémunération à 1 %), ce qui a eu pour conséquence un effondrement des ouvertures de PEL. Pour rappel, les personnes ayant ouvert leur PEL avant fin 2014 bénéficient d’une rémunération à 2,5 %, et celles l’ayant ouvert avant le 1er mars 2011 sont rémunérées à 3,5 %.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"