Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Espace Schengen : le coût exorbitant du retour des frontières





Le 22 Février 2016, par

Les politiques sont de plus en plus nombreux à réclamer la fin de la liberté de circulation dans l’espace Schengen. Une exigence liée à la crise des réfugiés, mais qui pourrait coûter très cher.


Une étude de l'institut allemand Prognos, réalisée pour le compte de la Fondation Bertelsmann, prévient que la remise en place de contrôles aux frontières entraînera des hausses massives des coûts. En cause : le temps d’attente occasionné par ces contrôles, les personnels supplémentaires, les coûts de stockage plus élevés pour les entreprises.

Les coûts de production seraient plus élevés de 1% dans l’hypothèse la plus optimiste, ce qui à l’échelle de l’Union européenne représente tout de même 470 milliards d’euros sur la période 2016 - 2025. L’Allemagne débourserait, sur cette période, 77 milliards d’euros, tandis que la France paiera un plus lourd tribut encore, à savoir 80 milliards d’euros.

Hors d’Europe, les coûts seraient également très importants. L’économie américaine devrait supporter une charge de 91 milliards d’euros, la Chine de 95 milliards. Le pire des scénarios dessine un coût pour le PIB de l’Europe de 3% : c’est 244 milliards d’euros pour la France sur dix ans, ou encore 1 400 milliards pour l’ensemble des pays européens.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : europe

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook