Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Fonction publique : les retraites des fonctionnaires dans le viseur





Le 26 Novembre 2013

Un véritable pavé dans la marre. C’est l’effet qu’a fait la dernière étude produite par le Conseil d’Orientation des Retraites (COR), présentée le mardi 26 novembre. En ligne de mire : le système de retraite de la fonction publique, financé à hauteur de 73% par le budget de l’Etat.


Un système sous perfusion ?

Cette situation revient, de facto, à subventionner purement et simplement la retraite des fonctionnaires. En effet, celle-ci n’est financée, d’après le COR, qu’à hauteur de 26% par les cotisations salariales de l’employé et de l’employeur (ici, l’Etat). A titre de comparaison, dans le secteur privé, les cotisations salariales et patronales financent les retraites à hauteur de 82,9%. Ainsi, sur les 54,4 milliards d’euros que coutent, en 2013, les pensions de la fonction publique, 37 milliards seront directement financés par l’Etat. La différence entre les recettes et les dépenses de ces pensions est automatiquement comblée par l’Etat. Or, au moment même où les députés sont invités à se pencher, en deuxième lecture, sur une réforme du système des retraites, la question ne semble pas pour autant être en passe d’être abordée. De fait, cette réforme se limite au financement des 7 milliards d’euros manquants au financement du régime des salariés à l’horizon 2020, et ne prend donc pas en compte le système de financement des retraites de la fonction publique. Comment expliquer une telle situation ?

Les raisons

Les causes de ce déficit sont nombreuses. En premier lieu, le mode de calcul des pensions. Si pour les salariés, les retraites sont calculées selon une moyenne des 25 meilleures années, celles des fonctionnaires sont établies sur les 6 derniers mois de traitement. En conséquence, seul le revenu le plus élevé est ici pris en compte. En outre, ce système de calcul provoque un déséquilibre profond entre la retraite accordée et les cotisations versées tout au long de la carrière, à l’aide de salaires bien moins élevés. Ensuite, la fonction publique ne bénéficie pas du même ratio démographique que le régime général. Si on compte 1,38 cotisant pour un retraité du privé aujourd’hui, on compte 0,9 fonctionnaires cotisants pour un retraité de la fonction publique. En outre, le régime des fonctionnaires serait également plus généreux que celui des salariés en termes de départs anticipés et d’assurances que celui du privé. Et la situation ne semble pas prête de changer, quand bien même les fonctionnaires sont désormais concernés, dans le cadre de la réforme Ayrault, par l’augmentation de la durée de cotisation.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook