Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

François Hollande en visite chez Forsee Power : « innover dans tous les domaines, condition de la croissance »





Le 17 Mars 2016, par La Rédaction

François Hollande s’est rendu jeudi dernier sur le site de Forsee Power, spécialiste de l’énergie rechargeable et fabricant de batteries nouvelle génération. Une manière pour le président de la République de défendre son plan « Embauche PME » en plein débat sur le projet de loi Travail. L’occasion était également toute trouvée afin de mettre en lumière les entreprises les plus innovantes.


La success story de Forsee Power

L’effervescence était palpable à Moissy-Cramayel. En première ligne, le dirigeant de Forsee Power, Christophe Gurtner, qui a reçu François Hollande sur son nouveau site de production de près de 3000 m2. Une « inauguration présidentielle » donc, pour l’entreprise qui s’est fait un nom sur les marchés des systèmes de batteries, du stockage d’énergie et du transport électrique. Il faut dire que Forsee Power a équipé le premier bus Heuliez, ainsi que la première voiture sans conducteur en batteries électriques made in France.

Le message est fort pour le président français qui, après le succès de la COP21, n’a pas manqué une occasion pour rappeler son engagement en faveur de la transition énergétique. C’est d’ailleurs la première raison avancée par le président de la République à sa visite chez Forsee Power. « Cette entreprise s’inscrit dans un secteur à la fois de notre avenir industriel et de notre avenir tout simplement », a-t-il précisé.

François Hollande a également souligné les investissements considérables opérés par l’entreprise qui détient pas moins de 80 brevets. « Dans l’année qui vient nous allons aussi ajouter deux nouvelles lignes de production qui permettront de multiplier quasiment par 20 notre capacité de production actuelle» confirmait, il y a quelques mois, Christophe Gurtner au Journal de l’Economie. Forsee Power est notamment connue pour développer des systèmes de batteries à l’autonomie record, comme ceux destinés aux scooters électriques et qui séduisent un peu partout dans le monde. Le président s’est d’ailleurs empressé de saluer cette réussite à l’occasion de son discours: « il faut innover dans tous les domaines : c’est la condition de la croissance » a-t-il déclaré devant les médias et les patrons de PME. 
François Hollande en visite chez Forsee Power
François Hollande en visite chez Forsee Power

Embauche PME : des chiffres prometteurs

En plein débat sur le projet de loi Travail, il s’agit de frapper fort et de montrer les résultats concrets. Force est de constater que le dispositif de prime à l’embauche a quelque peu été éclipsé par de violentes critiques. François Hollande a donc essayé de rassurer, preuve à l’appui : «  Forsee Power a cru dans un dispositif lancé par le gouvernement et la Ministre du travail le 18 janvier dernier, le dispositif Embauche PME. (…)  Elle a embauché en 2015 et le fera encore en 2016 à un niveau toujours plus élevé» a-t-il expliqué.

En 4 ans, la PME est passée de 4 à 200 collaborateurs afin de faire face au quadruplement de son carnet de commandes en 2016. Et grâce au plan Embauche PME, la transition s’est bien déroulée. « Le mérite principal de ce dispositif est qu’il est simple : toute PME qui embauche une personne, quels que soient sa qualification, son âge ou sa formation, grâce à un CDD d’au moins 6 mois ou un CDI payé entre un SMIC et 1.3 SMIC, reçoit 4000 euros », a rappelé François Hollande afin de rassurer les patrons de PME qu’il a rencontré à l’issue de sa visite chez Forsee Power.

Ainsi, presque deux mois après, près de 65 000 personnes ont été recrutées dans le cadre de ce dispositif et 32 000 entreprises ont déclarées être candidates. Il s’agit pour l’essentiel des PME de moins de 50 salariés, celles qui avaient le plus besoin de soutien pour embaucher mais aussi former. « Il y a plus de 4000 embauches par jour lié à cette mesure » a déclaré François Hollande qui a noté une accélération du processus. Et ce n’est encore pas un hasard si ces chiffres providentiels ont été dévoilés au lendemain des manifestions contre la loi Travail. François Hollande espérait-il calmer la rue ? En tout cas, il souhaite que la mesure puisse « être davantage connue » notamment dans les entreprises de moins de 250 salariés. 

Rassurer sur le CDI

Suite à ces révélations, les questions n’ont pas tardé à fuser. Première préoccupation : la place du CDI qui cristallise tous les débats depuis quelques mois. « Le CDI doit être la voie normale pour rentrer dans l’entreprise. Tel n’est pas le cas aujourd’hui » a répondu le président, qui a assuré comprendre les jeunes qui plébiscitent la stabilité que procure le CDI. Si François Hollande a exclu l’idée d’un retrait, il a déclaré vouloir « donner des garanties aux uns et aux autres ».

Le président a ainsi rappelé son engagement afin de faire baisser les charges des entreprises, un point important que les dirigeants ne manquent pas de souligner à l’instar de Christophe Gurtner. Selon, le PDG,  il faut y ajouter un autre point important : la souplesse dans le temps de travail qui  « permet d’arbitrer en faveur de la France ». Car « plus il y a de souplesse en France dans la gestion des heures supplémentaires, moins nous aurons à envoyer du travail ailleurs »a précisé le dirigeant de Forsee Power.

Au cours de son intervention,  le président a aussi longuement insisté sur la nécessaire combinaison de la flexibilité et de la sécurité. Un concept qui n’est pas sans rappeler la politique allemande. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que François Hollande érige la stratégie d’Angela Merkel en exemple. Saura-t-il néanmoins faire adopter aux entreprises hexagonales la fameuse culture de la négociation qui fait la réputation des Allemands ? Un premier pas a été franchi lundi 14 mars afin de contenter les détracteurs au projet de loi. Reste à savoir si le président saura ménager les intérêts des patrons de PME qui attendent beaucoup de cette réforme.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook