Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L'Afrique veut légaliser le business des cornes de rhinocéros





Le 12 Novembre 2014, par

Mise en danger par le braconnage, et malgré un moratoire inutile, le rhinocéros est en voie d'extinction sur le continent africain. Pour tenter d'enrayer le massacre, l'Afrique du Sud propose de légaliser ce marché, pour épargner ces animaux.


@Shutter
@Shutter
Les chiffres parlent d'eux-même. Un an après l'instauration d'un moratoire sur les cornes de rhinocéros en 2009, 333 de ces animaux étaient massacrés par des braconniers en Afrique du Sud. Un chiffre qui n'a fait qu'augmenter depuis, passant à 448 en 2011, 668 en 2012, 1 004 en 2013 et pour l'instant 979 cette année. 

Un braconnage encouragé de plus en plus par des Etats asiatiques, dont certains citoyens sont prêts à débourser des milliers d'euros, soit pour acheter des cornes, qui seront par la suite sculptées, utilisées pour l'artisanat, voire réduire en poudre. Ainsi, un kilogramme de poudre de corne de rhinocéros se vendrait à environ 60 000 dollars américains en Chine. 

D'où un constat, sévère pour l'Afrique du Sud. Le moratoire décrété en 2009 n'a servi à rien, à part décupler la chasse illégale de ces animaux menacés aujourd'hui d'extinction. Pour tenter de calmer le jeu, le pays, principal pourvoyeur de rhinos sur le marché noir, veut proposer lors de la prochaine conférence CITES, en 2016, une légalisation du commerce des cornes.

La conférence CITES est une organisation qui rassemble près de 180 Etats dans le monde, pour légiférer sur le commerce international des espèces animales menacées d'extinction. Le sujet crée déjà des vagues chez les militants pour la cause animale, qui voient en sous-main une basse manoeuvre du lobby pro-business des cornes de rhinos.

Pourtant l'Afrique du Sud veut mettre les choses au clair : légiférer sur le commerce des cornes permettrait d'épargner ces animaux, qui ne seraient alors pas tués. En clair, poursuivre ce business juteux en épargnant la vie des rhinocéros (dont les cornes repoussent avec le temps). Chacun devrait y trouver son compte...

 



Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur



1.Posté par Sonia le 13/11/2014 09:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Difficile à croire qu'il y ait encore des acheteurs, en 2014... triste!

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook