Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

L’Indonésie bannit l’exportation de minerai





Le 13 Janvier 2014, par

Très controversée, la réforme du système minier en Indonésie a été mise en place ce dimanche 12 janvier 2013. Les exportations de minerai sont désormais interdites, une manière, pour le gouvernement, de tenter d’inciter l’investissement sur le territoire de la part de l’industrie. Mais les économistes préviennent que cette réforme pourrait être à double tranchant.


cc/flickr/Glen Bowman
cc/flickr/Glen Bowman
Depuis dimanche 12 janvier l’industrie minière ne peut plus exporter de minerai d’Indonésie. Toute l’industrie, sauf les deux géants américains, Freeport-McMoRan et Newmont qui ont réussi à obtenir un sursis de la part du gouvernement.

Le gouvernement espère ainsi que les industriels investissent dans le pays, notamment dans la transformation du minerai brut et dans l’industrie de produit dérivés. Ne pouvant en effet pas exporter le minerai, les industriels se retrouvent bloqués.

Mais pour Jero Wacik, ministre de l’énergie et des ressources minières d’Indonésie, cette mesure vise essentiellement à mettre en avant les sociétés indonésiennes en leur donnant un avantage sur les sociétés étrangères. Un avantage qui n’est, toutefois, pas sans risques comme l’ont mis en évidence de nombreux économistes ainsi que l’opposition au gouvernement en place.

Les économistes estiment que le risque de voir les revenus du pays baisse radicalement est fort. Plusieurs milliards de dollars sont en jeu et, au niveau de l’économie globale de l’Indonésie, sont issus justement de l’activité minière et de son export.

La Chambre de Commerce d’Indonésie a, de son côté, mis en avant que cette réforme pourrait se traduire par une perte de près de 800 000 emplois directs et indirects liés à l’exploitation des mines.

L’effet de cette réforme sur le cours des matières premières s’est directement fait ressentir en Bourse. L’Indonésie étant un des principaux producteurs mondiaux de cuivre, d’aluminium et de nickel, les cours se sont envolés à cause de la spéculation et devant le risque d’une pénurie.

De même, plusieurs sociétés minières australiennes ont vu leur cours de Bourse augmenter. Les investisseurs estiment qu’elles pourraient profiter de cette interdiction d’exporter en Indonésie pour augmenter leur production et prendre le dessus sur la demande mondiale.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook