Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La SNCF veut embaucher 1 000 conducteurs supplémentaires





Le 15 Décembre 2016, par

La SNCF fait face à une pénurie d’ampleur : l’entreprise a en effet besoin de 1 000 conducteurs de trains afin de répondre à la mauvaise anticipation de la réforme des retraites.


La SNCF va multiplier les formes de recrutement dans les prochaines semaines. Il y en a déjà eu un qui s’est tenu Gare de Lyon samedi et dimanche derniers ; d’autres sont prévus pour attirer les candidats au poste de conducteur de train. Le poste est bien rémunéré (1 900 euros par mois en début de carrière), et il bénéficie de nombreux avantages liés au statut de la SNCF.

Mais le métier a aussi ses exigences, non seulement techniques, mais aussi d’horaires. Difficile de concilier une vie privée et familiale avec des obligations professionnelles aussi prenantes. C’est pourquoi la SNCF mise sur cette opération d’information et de séduction. Le groupe ferroviaire, qui compte 14 000 conducteurs, reçoit chaque année 60 000 CV pour ce poste ; elle prend 1 000 candidats pour une année de formation.

Mais 30% ne parviennent pas à aller au bout. La formation est difficile, explique Le Figaro, tout comme l’examen final. C’est pourquoi la SNCF, qui propose aux conducteurs proches de la retraite de travailler quelques mois en plus, a besoin de cent conducteurs supplémentaires par an. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : sncf

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »
















Rss
Twitter
Facebook