Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

La manufacture de tabac de Nantes devrait fermer ses portes





Le 14 Avril 2014, par

Elle était l’une des deux dernières usines produisant des cigarettes en France et, en l’occurrence, la plus importante. Selon le journal Le Figaro le géant britannique du tabac Imperial Tobacco a en projet de fermer l’usine de Carquefou dans la banlieue nantaise. Au total, quelques 327 emplois seront supprimés et la production délocalisée.


cc/flickr/deglispiriti
cc/flickr/deglispiriti
La filiale Seita d’Imperial Tobacco a décidé de mettre un terme à la production de cigarettes à Nantes dans le cadre du plan de réorganisation et réduction des coûts prévu par la maison mère et qui devrait permettre des économies de près de 385 millions d’euros en 2018. L’usine de Nantes, pourtant, était rentable mais sans la loi Florange, censurée par le Conseil Constitutionnel, rien n’empêche le groupe de procéder.

L’usine de Nantes a une production de 12,2 milliards de cigarettes par an, essentiellement des marques 100% françaises : Gitanes et Gauloises. Mais ces dernières, qui ne disparaîtront pas du panorama des cigarettes, verront leur production délocalisée en Pologne et au Royaume-Uni. Les Gauloises, de gaulois, n’auront plus que le nom.

Une décision expliquée également par la part de production destinée à l’export de l’usine de Nantes : près de 60% des cigarettes étaient destinées aux marchés de Russie, Turquie, Grèce, Algérie et Allemagne où les cigarettes Gauloises blondes sont particulièrement appréciées explique le groupe reprit par Le Figaro. La marque reste donc stratégique et avec la réduction du coût de production lié à la délocalisation, Imperial Tobacco compte bien améliorer ses marges.

Car, ces dernières années, elles se sont réduites. La prise de conscience du danger du tabac et les campagnes préventives alliant messages et hausse des prix ont fait chuter les ventes. Si en termes monétaires la baisse des ventes est compensée par la hausse des prix du paquet, le chiffre d’affaire s’en ressent : pour Imperial Tobacco il a reculé de 5% en 2013.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook