Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le PIB Irlandais souffre de la perte de brevets pharmaceutiques





Le 14 Mars 2014, par

L’Irlande serait-elle en train de payer les conséquences de sa fiscalité avantageuse pour les grandes entreprises ? C’est possible, car au quatrième trimestre 2013 le PIB du pays a chuté de 2,3%. En cause, de nombreux brevets pharmaceutiques qui sont tombés dans le domaine public et qui ont fortement impacté l’économie du pays.


cc/flickr/FotoDB.de
cc/flickr/FotoDB.de
L’Irlande est souvent pointée du doigt pour sa fiscalité avantageuse pour les grandes entreprises qui place le pays au centre des montages financiers réalisés par les grands groupes comme Google et Amazon afin de payer moins d’impôts. Mais si on parle souvent des sociétés travaillant dans les nouvelles technologies, on oublie que les groupes pharmaceutiques ne sont pas en reste. Parmi ceux-ci, Pfizer, qui détenait le brevet de la pilule miracle pour les hommes, le Viagra.

Mais durant l’été 2013, le brevet du Viagra est tombé dans le domaine public. Celui qui est considéré comme le médicament le plus vendu au monde, et qui offre des profits record au laboratoire, a vu ses ventes attaquées par les génériques. Et c’est le PIB irlandais qui en souffre.

Alors que cela faisait deux ans que le PIB était en hausse, en 2013 il retombe dans le rouge enregistrant, sur l’année, une chute de 0,3% (contre une hausse de 0,3% prévue par les analystes). LE gouvernement va donc avoir du mal à atteindre son objectif de 2% de croissance pour 2014, d’autant plus que d’autres brevets devraient tomber dans le domaine public cette année encore.

Mais la perte de brevets n’est pas la seule raison de cette chute. Les importations en 2013 en Irlande ont augmenté de 6,3% alors que les exportations, qui en général sont le moteur de l’économie du pays, n’ont augmenté que de 2,9%.

Toutefois, le pays a su conquérir le marché par l’émission d’une dette de 2,9 milliards d’euros qui devrait redonner du souffle à l’économie puisque cette émission de dette représente 60% du financement du pays pour 2014.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook