Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le Rafale pourrait décoller en Malaisie





Le 28 Mars 2017, par

Le Rafale poursuit sa tournée mondiale. L’avion de chasse des industries Dassault Aviation intéresse en effet la Malaisie, mais d’autres constructeurs pourraient remporter le contrat.


Lors de sa visite à Putrajaya, la capitale de la Malaisie, François Hollande a reçu du Premier ministre Najib Razak la confirmation de l’intérêt du pays pour le Rafale. Le contrat porte sur 18 unités, pour un montant estimé à deux milliards d’euros. Dans les prochaines années, la Malaisie a besoin de remplacer sa flotte de MIG-29.

Néanmoins, on joue la prudence du côté de Dassault. Le Rafale est en effet en compétition avec le F-18 américain, l’Eurofighter et le constructeur suédois Gripen. Rien n’est encore finalisé, Dassault veut montrer que son avion de combat est le meilleur de sa catégorie. Il faut également faire la preuve d’une certaine souplesse dans les accords contractuels. Mieux vaut donc attendre avait de sabrer le champagne.

Le constructeur français a l’habitude de jouer la prudence. Le Rafale a demandé beaucoup d’années d’efforts et de négociations avant de se frayer une place à l’international. Ce n’est qu’en 2015 que l’avion a finalement trouvé preneur, d’abord au Qatar, puis en suite en Inde et en Egypte. D’autres pays sont maintenant sur les rangs, à l’instar de la Finlande, de la Suisse ou des Émirats arabes unis.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : rafale

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France
















Rss
Twitter
Facebook