Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le gouvernement abandonne le système de paiement unique des fonctionnaires





Le 11 Mars 2014, par

L'informatique ne réussit pas aux grands corps de l'État. Le logiciel de paye unique des fonctionnaires est ainsi abandonné, après avoir coûté la bagatelle de 230 millions d'euros.


L'Opérateur national de paye (ONP) a été une initiative voulue et lancée par Nicolas Sarkozy dès 2007. L'ONP avait pour vocation de devenir le prestataire unique de la paye des 2,4 millions de fonctionnaires de l'État - par la bande, cette plateforme de paiement unique devait aussi réduire le nombre d'agents en charge du versement des émoluments, ils sont actuellement 12 000. Le précédent Louvois a marqué les esprits : ce logiciel en charge de la solde des militaires a été abandonné en novembre dernier par le ministère de la Défense. De trop nombreuses erreurs dans les versements et des bogues en tout genre ont eu raison de cette plateforme qui avait pour vocation de simplifier l'administration de la paye des militaires. À vouloir trop bien faire…
 
C'est sans doute ce précédent qui a eu raison de la volonté du gouvernement de poursuivre le développement d'ONP. Il avait lancé un audit en 2012 pour y voir plus clair et surtout, pour évaluer la pertinence d'un tel organisme. Il a fallu se rendre à l'évidence : l'efficacité recherchée n'a pas été au rendez-vous, loin de là. Pire encore, les frais déjà engagés n'ont finalement servis à rien. Ce sont ainsi de 230 à 290 millions d'euros qui ont été investis en pure perte dans ce projet.
 
Les services de Bercy ont néanmoins une bonne nouvelle à partager : en abandonnant le développement d'ONP, ce sont pas moins de 600 millions d'euros que le ministère compte économiser sur les dix prochaines années. Il reste maintenant à savoir comment le gouvernement compte moderniser l'appareil de paiement des salaires des fonctionnaires.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook