Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le gouvernement craint fortement un dérapage du déficit public





Le 15 Juin 2017, par

Le premier gouvernement d’Emmanuel Macron, dont Edouard Philippe est le Premier ministre, risque d’avoir quelques problèmes avec la Commission Européenne. Cette dernière exige de la France un déficit sous la barre des 3 % comme le pays s’y est engagé, engagement qu’Emmanuel Macron a annoncé vouloir respecter. Mais à Bercy et à Matignon il y a une forte crainte que ce ne sera pas le cas.


cc/pixabay
cc/pixabay
Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, avait déjà début juin estimé possible un dérapage du déficit public pour 2017. Mardi 13 juin 2017 c’est Edouard Philippe, interrogé par France Info, qui déclare la même chose. Il précise même que le risque est « extrêmement fort » bien qu’il attende l’audit que la Cour des Comptes devrait rendre le 1er juillet 2017 pour en avoir le coeur net.

Edouard Philippe craint surtout que les dernières décisions prises par le dernier gouvernement de François Hollande n’aient pas été budgétées, ce qui laisserait un trou au gouvernement Philippe. Et un dérapage du déficit public n’est pas souhaitable pour la France : elle risque une forte amende de la part de la Commission Européenne.

Le Pacte de Stabilité de l’UE prévoit un déficit inférieur à 3 % pour les pays-membres sous peine de sanctions. La France a obtenu deux délais mais Pierre Moscovici, commissaire européen aux Affaires Economiques et ancien locataire de Bercy, a déclaré à plusieurs reprises qu’il ne sera pas question d’accorder un autre délai à l’Hexagone. La France risque donc, si le déficit n’est pas sous les 3 % en 2017, une amende qui pourrait atteindre 4 milliards d’euros.

Les craintes d’Edouard Philippe sont cohérentes avec celles de la Commission Européenne et, politiquement, un dérapage budgétaire risque de mettre Emmanuel Macron dans l’embarras : il devra choisir si rentrer dans les clous du Pacte de Stabilité en supprimant ou réduisant certaines réformes ou s’il maintient les réformes et risque l’amende de la part de l’UE.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"
















Rss
Twitter
Facebook