Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le ransomware Petya demande une rançon pour libérer les données d'un PC infecté





Le 28 Juin 2017, par

C'est une nouvelle menace informatique qui pèse sur les entreprises et les particuliers. Petya est un « ransomware » qui prend les données d'un PC en otage, et ne les libère qu'en payant une rançon en bitcoin.


Cette rançon se monte à 300 $, à régler avec la fameuse devise cryptée. Cette cyberattaque a d'abord frappé la Russie et l'Ukraine, avant de s'étendre au reste du monde, tout particulièrement en Europe et en Amérique du Nord. Plusieurs grandes entreprises, comme Saint-Gobain en France, le géant pétrolier Rosneft en Russie ou le groupe de publicité anglais WPP Group ont été touchés à plus ou moins grande échelle.

Pour ce qui concerne la France, une enquête a été ouverte tandis que les autorités appellent à la plus grande prudence — et s'il le faut, à isoler du réseau  les PC qui pourraient être infectés. Elles conseillent aussi de ne rien payer car les pirates pourraient ne pas donner la clé qui déverrouillerait les données. C'est une fois encore les ordinateurs sous Windows, et en particulier les plus anciens encore en fonctionnement, qui sont visés. Bien souvent, les utilisateurs de ces PC n'appliquent pas ou plus les mises à jour de sécurité, laissant les machines sans défense face à ce type de menaces.

Il y a quelques semaines, c'est un autre de ces « rançongiciels » qui faisaient parler de lui : WannaCry. Là aussi il fallait payer une rançon pour récupérer les données de son disque dur. Un développeur anglais avait alors pu stopper nette la propagation de ce virus. Petya, qui exploite les mêmes failles que son prédécesseur, semble lui bien plus virulent. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : virus

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France
















Rss
Twitter
Facebook