Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le taux du Livret A reste à 0,75%





Le 19 Juillet 2016, par

Le gouvernement a tranché. Le taux du Livret A restera de 0,75% au moins jusqu’au 1er août 2017. On s’attendait pourtant à une baisse de 0,25 point, mais le ministère des Finances a décidé de suivre la recommandation du gouverneur de la Banque de France.


Si la formule calculant le taux de rémunération du Livret A avait été respectée, il aurait dû tomber à 0,50%. Mais en dehors de la prise en compte de l’inflation, qui a rarement été aussi basse, cette décision compte aussi une bonne dose de politique. C’est François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, qui a préféré s’en tenir au taux qui avait cours jusqu’à présent.

En préconisant 0,75%, le gouverneur a confirmé le maintien du taux le plus bas jamais observé depuis la mise en place du Livret A, en 1818. La formule doit être révisée pour réduire la volatilité ; mais on ignore quand et de quelle manière ce calcul sera revu. Une opération à manier avec la plus grande des prudences étant donné la popularité de ce véhicule d’épargne auprès des ménages français… même si ce taux très bas n’incite pas vraiment à remplir son bas de laine.

Si le taux du Livret A ne change pas, ça n’est pas le cas du PEL dont la rémunération baisse à 1%, au lieu de 1,5%, pour ceux ouverts à partir du 1er août.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : livret A

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook