Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les cabines téléphoniques disparaîtront en fin d’année





Le 3 Septembre 2017, par

Les cabines téléphoniques vont entrer dans les musées. D’ici la fin de l’année, Orange les aura toutes retirées du paysage urbain.


Ce mouvement de retrait des fameux Publiphones a débuté à la fin des années 1990, en même temps que le téléphone mobile prenait son envol. En 2015, le vote de la loi Macron entérinait la fin de l’obligation faite à Orange de maintenir les quelques 46 000 cabines téléphoniques toujours en service sur le territoire français. Cette prise en charge coûtait chaque année 14 millions d’euros, pour un usage extrêmement faible : la durée moyenne d’appel par cabine n’est plus que de 10 secondes par jour, explique au Parisien Laurentino Lavezzi, directeur des affaires publiques d’Orange. Au premier trimestre, il restait 10 000 cabines dont le trafic ne représente plus que 0,6% du chiffre d’affaires de l’année 2000.

 

En 2000, les revenus générés par les Publiphones se montaient à 516 millions d’euros. Les choses ont bien changé depuis puisque cette activité provoque de lourdes pertes. Celles-ci ont finalement eu raison de ce vestige du service public du téléphone, qui a compté jusqu’à 300 000 cabines dans les années 90. À la rentrée, il n’en restait plus que 5 450, et aucune à Paris. C’est le groupe Veolia qui est chargé de démonter les cabines restantes et de recycler les matériaux (verre, aluminium).

 

Évidemment, si les urbains sont majoritairement équipés d’un téléphone mobile, il reste encore des zones blanches en milieu rural. Lavezzi reconnaît qu’il peut rester un besoin, mais il explique qu’il s’agit plus globalement d’une question d’aménagement du territoire. Orange préfère désormais investir dans son réseau mobile, plutôt que dans l’entretien de cabines que plus personne ou presque n’utilise.



Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : orange


1.Posté par Audrey Echauzier le 04/09/2017 09:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je pense qu'il y a une coquille dans l'article: publiphone revenus générés de 516 millions d'euros cette année contre 14 millions pour la prise en charge.

Conclusion de l'auteur: "Les pertes enregistrées par Orange ont eu raison de ce vestige du service public du telephone"

Alors je sais que je n'ai pas fait math sup mais ça serait bien de se relire quand on écrit un article.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?