Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les détenteurs de smartphones utilisent moins de 30 applications mobiles par mois





Le 3 Juillet 2014, par

La présence sur mobile pour une entreprise est devenue désormais essentielle, autant pour les services que pour les entreprises réalisant leur chiffre d’affaires essentiellement grâce à la publicité comme Facebook ou Twitter. De fait, le nombre d’applications se multiplie et se diversifie. Mais d’après une étude de l’Institut Nielsen, moins de 30 applications différentes sont utilisée chaque mois.


cc/flickr/Daniel Y Go
cc/flickr/Daniel Y Go
Naturellement, il s’agit d’une moyenne, réalisée qui plus est aux Etats-Unis pendant le 4ème trimestre 2013, mais le résultat de cette étude montre que malgré le nombre d’applications gratuites et payantes désormais téléchargeables sur iPhone et Android, les utilisateurs sont loin de les essayer toutes. Pire que ça, en fait ils utiliseraient toujours les mêmes.
 
Selon l’étude, ce sont les 25 – 34 ans qui utiliseraient le plus d’applications mobiles : 29,5 différentes par mois. Une donnée pas si étonnante puisque outre les applications de loisirs ils utilisent également des applications de services comme les applis de gestion de comptes bancaires ou encore les applis pour réaliser des achats en ligne.
 
Les 35 – 44 ans, de leur côté, utilisent 29,3 applications différentes par mois tandis que les 18 – 24 ans n’utilisent que 28 applications par mois. Toutefois, les jeunes sont ceux qui passent plus de temps sur leurs applications mobiles : 37 heures et 6 minutes en moyenne par mois contre 35 heures et 40 minutes pour les 25 – 34 ans.
 
Sans surprise, le temps d’utilisation décroît régulièrement avec l’âge pour atteindre les 21 heures et 21 minutes par mois des plus de 55 ans. Ces derniers sont également ceux qui utilisent le moins d’applications différentes avec 22 applis par mois.
 
Il devient donc clair qu’il est nécessaire, pour que son application fonctionne, de lui donner une grande utilité faute de quoi elle risque de passer aux oubliettes assez rapidement. Et pour les jeux, comme l’a bien compris l’éditeur King, c’est le côté addictif qui prime.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook