Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les ménages français estiment leur revenus insuffisants





Le 17 Octobre 2013, par

Un sondage réalisé par Opinion Way pour le baromètre Sofinscope montre le désarroi des ménages français qui estiment leur revenus insuffisants de près de 540 euros par mois pour vivre convenablement. Un montant en hausse de 3% par rapport à 2012 qui reflète la crise économique et la nécessite de réduire les dépenses, en particulier les dépenses superflues pour arriver à la fin du mois.


cc/flickr/aranjuez1404
cc/flickr/aranjuez1404

Le pouvoir d'achat des Français continue de battre de l'aile. C'est le sentiment partagé par les ménages dont les revenus ne sont pas suffisants pour avoir la vie qu'ils aimeraient et, notamment, réaliser les dépenses qui leur permettraient d'avoir une vie convenable.


Confrontés à la hausse des prix et à la hausse des impôts, les ménages doivent faire l'impasse sur certaines dépenses considérées superflues. C'est le seul moyen qu'ils aient trouvé pour pouvoir faire face aux dépenses irréductibles parmi lesquelles se trouvent le logement, l'alimentation ou encore le prix de l'énergie.


La hausse des prix entraîne un sentiment de lassitude, notamment à Paris. Dans la capitale, ce sont 75% des habitants qui n'en peuvent plus de la hausse des prix des produits de consommation ; un sentiment un peu moins présent en province (63%) mais qui reste néanmoins présent chez deux-tiers des Français. A Paris, ce sentiment est couplé aussi à la lassitude liée à la hausse des charges (64% des interviewés s'en plaignent dont 73% des plus de 60 ans).


Les ménages français ne pouvant pas réduire les dépenses primaires, ils réduisent les dépenses superflues comme les loisirs, ce qui influence, de fait, la consommation en France qui a fortement chuté en 2012 et a légèrement augmenté (+0,4%) en 2013.


En moyenne, 60% des Français renoncent à certains loisirs afin d'arriver à la fin du mois et 42% des Français ont réduit les dépenses liées aux nouvelles technologies (en hausse de 4% par rapport à 2012).


Les sorties sont aussi supprimées du budget chez 35% des ménages (+4%) et les dépenses liées aux vêtements sont réduites par 33% des Français (+4%). La part des Français qui réduisent les dépenses liées à l'alimentation afin de rentrer dans le budget mensuel a augmenté de 2% par rapport à 2012 s'établissant à 16%.


Cette réduction des dépenses est liée aussi au gel des salaires qui est un problème quotidien pour 28% des interviewés. Le gel des salaires reste une préoccupation plus grande chez les cadres et professions intermédiaires (34%) que chez les employés et les ouvriers (28%)



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook