Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Loi sur le travail : les craintes du patronat





Le 22 Mars 2016, par

C'est ce jeudi 24 mars que le fameux projet de loi sur la réforme du code du travail sera présenté en conseil des ministres, première étape d'un long parcours législatif. Ce texte a fait sortir de ses gonds des centaines de milliers d'opposants, ainsi que le patronat.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Pierre Gattaz a eu l'opportunité médiatique de dire tout le mal qu'il pensait des changements apportés au projet de loi suite à la mobilisation des salariés et des jeunes dans les rues. Si les syndicats réformistes ont eu ce qu'ils désiraient, ce n'est évidemment pas le cas des organisations patronales qui n'apprécient pas le détricotage de la loi El Khomri.

Sept de ces organisations, dont le Medef, ont appelé ce mardi 22 mars le gouvernement à revoir sa copie, cette fois sous un angle plus favorable aux entreprises. Parmi les mesures exigées, on retrouve le plafonnement des indemnités patronales — ce dispositif a été retoqué après les manifestations. Les chefs d'entreprise voudraient aussi pouvoir dialoguer en direct avec leurs salariés en cas d'absence de syndicat, pouvoir gérer comme ils l'entendent le temps de travail en fonction de la demande, ou encore un moratoire sur le compte pénibilité.

En l'état, le projet de loi est jugé inutile par les organisations patronales. Dans sa première version, le texte allait « dans le bon sens », disent-elles. Mais c'est désormais une « énorme déception », déplore Pierre Gattaz le patron du Medef, qui craint le détricotage supplémentaire lors du passage à l'Assemblée.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : loi travail

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook