Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Lourdes pertes financières pour Autolib’





Le 5 Janvier 2017, par

Autolib’, le service de voitures partagées lancé il y a cinq ans à Paris, a essaimé dans plusieurs villes en France et ailleurs dans le monde. En Ile-de-France, les petits véhicules électriques se sont installés dans le paysage urbain, mais son coût risque d’être dur à avaler pour les contribuables.


Selon le Canard Enchaîné, les pertes d’Autolib’ — qui bénéficie d’une délégation de service public — devraient se monter à 179 millions d’euros d’ici la fin de son contrat, en 2023. La somme ne sera épongée qu’à hauteur de 60 millions d’euros par le groupe Bolloré ; le reste, ce sera aux contribuables de le payer.

C’est en effet la Mairie de Paris et les 97 villes d’Ile-de-France qui devront passer à la caisse, selon les modalités du contrat signé en 2011. À l’époque, Vincent Bolloré faisait miroiter la stabilité financière à partir de 80 000 abonnés utilisant une voiture deux fois par semaine pendant une heure. Un objectif largement atteint, puisqu’ils sont 132 500 à utiliser le service…

Les 119 millions d’euros à éponger passent évidemment mal auprès des pouvoirs publics. Les élus tentent désormais de trouver des solutions, comme l’augmentation des tarifs ; ainsi, la demi-heure coûtera 1 euro de plus, soit 7 euros. Le groupe Bolloré propose de fermer les stations les moins rentables, mais cette solution ne plait pas, évidemment, aux maires des villes concernées.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : bolloré

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France
















Rss
Twitter
Facebook