Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Malgré Donald Trump, BMW ne va pas changer de politique industrielle





Le 16 Janvier 2017, par

Le futur président des États-Unis entend bien imposer aux constructeurs automobiles sa politique industrielle : une production sur le sol américain, sinon les véhicules importés seront taxés à hauteur de 35%.


La menace s'accompagne de déclarations incendiaires sur Twitter, et jusqu'à présent Donald Trump a plutôt réussi son pari. Mais le futur président est tombé sur un os : le groupe allemand BMW n'entend pas se faire dicter sa stratégie industrielle. L'entreprise va continuer à aller de l'avant dans son projet d'installation d'une ligne de production au Mexique. Malgré l'entrevue accordée par Donald Trump à deux quotidiens européens : « Je dirais à BMW que s'ils prévoient de construire une usine au Mexique et de vendre des voitures aux États-Unis sans une taxe de 35%, ils peuvent faire une croix sur ce projet ».

Ce à quoi Serge Naudin, le président du directoire de BMW France, a répondu au micro d'Europe 1 que le groupe n'allait pas abandonner sa politique industrielle. La production de cette usine mexicaine se destine à une clientèle répartie partout dans le monde, pas forcément aux États-Unis. Dans ces conditions, on voit mal en effet l'administration Trump reprocher quoi que ce soit à l'entreprise.

De plus, BMW a une carte dans son jeu : le constructeur automobile possède, depuis 22 ans, une des plus importantes usines du groupe basée en Caroline du Sud. « Nous venons même d'augmenter notre capacité de production, nous sommes passés à 8.800 emplois ». Des arguments qui devraient porter leurs fruits auprès du futur président, estime le dirigeant.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : BMW

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?
















Rss
Twitter
Facebook