Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »





Le 15 Juin 2017, par La Rédaction


Quelle est votre approche du renouvellement urbain et de la mixité sociale ?

M. V. : Chaque bâtiment neuf est créateur de valeur. D’abord parce qu’il existe une forte attente de logements, ensuite parce que chaque nouveau bâtiment est généralement plus esthétique que celui qu’il remplace, et enfin parce qu’il est désormais construit selon des contraintes de durabilité et d’économie d’énergie. Quant à la mixité sociale, elle doit se concevoir à l’échelle du quartier. Elle doit être globale et ne pas reposer, en termes d’équilibre économique, uniquement sur le privé, comme c’est trop souvent le cas en France. En effet, dans notre pays, c’est le logement privé qui paye de manière indirecte le logement social, parce que les promoteurs sont obligés d’en faire et qu’ils le font souvent à perte. 

Quelles sont les principales tendances qui, selon vous, dessinent le logement du XXIe siècle ?

M. V. : Il sera évidemment connecté, mais aussi flexible, avec des possibilités d’extension. Les immeubles intégreront des espaces communs dotés de plus de services, par exemple des locaux à vélos avec des stations d’outillage ou des laveries, mais aussi des espaces extérieurs privés et communs, notamment des potagers… Il s’agira d’un logement à la fois plus numérique et plus authentique. Dans la construction des jardins, par exemple, nous portons de plus en plus d’attention à la biodiversité, aux fruits anciens, aux espaces vernaculaires... 

Vous dites accorder un soin tout particulier, chez Interconstruction, au confort de vie et d’usage des logements. Comment cette « philosophie du métier » se traduit-elle en matière de conception et de réalisation ?

M. V. : Cela se traduit d’abord par des logements plus grands. En termes d’exécution, nos responsables de programmes sont de véritables techniciens ; ce ne sont pas des gestionnaires administratifs et financiers. Nous nous efforçons également de particulariser les logements au maximum. Par exemple, à Rocquencourt (78), nous avons un programme de 72 logements et ces logements sont tous différents les uns des autres.

Interconstruction revendique par ailleurs un penchant particulier pour l’art et l’esthétisme. Comment cet engagement se matérialise-t-il dans la réalisation des projets ?

M. V. : Nous intégrons systématiquement une ou plusieurs œuvres à chaque immeuble, conçue(s) comme un dialogue entre l’art et l’architecture, l’œuvre répondant aux concepts architecturaux. Pour le choix des artistes, nous laissons la place au hasard, aux choix personnels et aux coups de cœur. Et nous ne passons pas par des agents, car nous pensons que certains artistes peu connus ont un talent a qui il faut donner sa chance. 

Comment ces divers engagements influencent-ils la façon dont vous recrutez et formez vos collaborateurs ?

M. V. : Un bon collaborateur, dans l’immobilier, est un collaborateur dynamique, travailleur, et qui se distingue particulièrement par son éthique. Ce dernier critère est important notre métier se situe au confluent de la politique, de la finance, du droit, de l’architecture… Et dans ce contexte, faire surgir des bâtiments du néant peut conduire certains professionnels à manquer d’humilité. Nous recrutons donc des collaborateurs qui savent garder les pieds sur terre tout en restant à leur place. Et puisque nous avons un modèle de croissance organique, nous formons nos collaborateurs, parfois en alternance, nous les intégrons et leur insufflons l’esprit maison.
Enfin, chez Interconstruction, nous encourageons la différence. Au marketing, l’une de nos collaboratrices écrit des poèmes ; notre directeur général est musicien… et moi-même j’ai écrit des romans !

1 2





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Clarifier sa stratégie pour réussir sa transformation digitale

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »
















Rss
Twitter
Facebook