Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Oberthur Fiduciaire fête le trentième anniversaire de sa relance sous le signe du design





Le 2 Avril 2014, par

Emblématique de ces entreprises françaises qui ont su établir un leadership mondial, Oberthur Fiduciaire cultive une identité forte mêlant compétences à haute valeur ajoutée et créativité distinctive.


(Credit : Oberthur Fiduciaire)
(Credit : Oberthur Fiduciaire)
La France compte bien des entreprises dont elle ignore le rayonnement mondial. Pensons à Fermob qui produit le mobilier d’extérieur d’endroits aussi prestigieux tels que l’Université de Harvard, ou encore Times Square. Ou à JCDecaux qui dévoilait, il y a peu, un système d’affichage unique, équipé d’une soufflerie, et spécialement conçu pour la promotion du film Le Loup de Wall Street dans les rues de Sydney. Ces entreprises cultivent une french touch qui plaît à l’étranger. Cette french touch réunit performance et design dans une identité propre qui plaît à une demande en quête de prestations haut de gamme. Ce phénomène s’illustre donc dans bien d’autres domaines que celui de la mode, et tous ont un point commun : ils mobilisent la créativité, ce puissant actif immatériel, que l’on retrouve dans des domaines plus improbables comme l’impression de billets de banque. La France en compte d’ailleurs un noble représentant, Oberthur Fiduciaire, qui a su se faire une place sur le podium mondial en l’espace de trente ans.
 
Des compétences de pointe
 
Au cours des 20 dernières années, Oberthur s’est fait connaître comme un imprimeur de documents sécurisés aux compétences étendues. Des dizaines de brevets, portant sur des techniques d’irisation des couleurs, des filtres anti-copie en passant par des vernis de protection, ont été et continuent d’être déposés par l’entreprise. Ils entrent en jeu dans la création des billets de banques qu’Oberthur Fiduciaire produit chaque année. Dans sa montée en puissance technologique, l’entreprise a même mis sur pied Oberthur Technologies, fructueuse filiale devenue deuxième fabricant mondial de cartes à puce et revendue en 2011 au fonds Advent International.
 
Moment fort de l’histoire de l’imprimeur, ce recentrage révèle la ligne directrice de la stratégie d’Oberthur Fiduciaire au cours des dernières années : atteindre l’excellence dans le métier particulier de l’impression de billets de banque. « Dans un univers de plus en plus concurrentiel, le recentrage sur le cœur de métier est un gage d’excellence et donc de compétitivité », commente Thomas Savare, actuel dirigeant de l’entreprise, au cours d’une interview. « Seuls les meilleurs de leur secteur, ceux qui maintiennent leur avance technologique, survivent », conclut-il. Autrement dit, Oberthur Fiduciaire, aujourd’hui leader sur le marché de l’impression de billets de banque, entend bien escalader les dernières marches d’un podium sur lequel sa place a été durement gagnée.
 
Le jeu en valait la chandelle. Plus de 70 pays font aujourd’hui confiance à Oberthur Fiduciaire et reconnaissent dans sa marque un gage d’excellence. L’entreprise est ainsi devenue l’un de ces quelques imprimeurs qui maîtrisent les savoir-faire nécessaires en vue de produire des coupures suffisamment sécurisées pour résister durablement au temps, mais aussi aux contrefacteurs et leur opposer des obstacles techniques infranchissables. Mais à la technicité du savoir-faire, qui constitue un prérequis dans ce métier, Oberthur Fiduciaire ajoute aussi une histoire particulière et une sensibilité esthétique qui complète sa carte de visite.
 
Un passé qui compte
 
Car l’entreprise que l’on connaît aujourd’hui est le fruit d’une longue histoire et d’une longue tradition d’imprimerie. Fondée à Rennes en 1842, l’imprimerie Oberthur est d’abord connue pour ses almanachs et articles de papeterie. Puis l’entreprise diversifie sa production et s’intéresse progressivement à l’impression de sécurité puis à celle des billets de banque jusque dans les années 1970. S’en suit une décennie noire qui se solde par une restructuration. Après un siècle et demi d’existence, l’entreprise passe près de la disparition, mais elle est rachetée in extremis par Jean-Pierre Savare, ancien cadre de banque, en 1984. Celui-ci redore alors l’enseigne et lui fait retrouver des couleurs.
 
L’histoire d’Oberthur, qui va de l’époque préindustrielle à nos jours, se fond en quelque sorte dans celle de la France. Sa longévité et son ancrage national figurent d’ailleurs parmi les caractéristiques appréciées de ses clients, dont certains recherchent la « griffe » Oberthur. « La réputation de bon goût des Français comme le prestige attaché au savoir-faire d’une entreprise séculaire ne sont probablement pas tout à fait étrangers au succès d’Oberthur Fiduciaire », commente Thomas Savare, précisant que « Les billets de banque véhiculent de nombreux symboles, ils doivent contribuer au rayonnement des institutions et du pays tout entier. Si bien que l’esthétique et le design sont également pour nous des questions essentielles ». On touche ici en effet au cœur de cette French Touch, qui fait l’engouement international autour de certains producteurs français.
 
Cette identité, c’est un peu sa carte de visite, ce qui lui permet de se positionner et de rivaliser sur un marché haut de gamme pratiquement impénétrable aujourd’hui. Les Français ne font jamais rien comme les autres, entend-on dire parfois. Et manifestement, en matière de business, c’est tant mieux.


Grégoire Moreau
Journaliste et blogueur, je me suis fait avec le temps une spécialité des questions techniques et... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook