Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Performance du Balanced Scorecard : perception des responsables d’entreprises





Le 19 Juin 2014, par La Rédaction


L'auteur

AZZOUZ ELHAMMA, Enseignant-chercheur, Ecole Nationale de Commerce et de Gestion (ENCG).


Photo par www.freedigitalphotos.net
Photo par www.freedigitalphotos.net
Actuellement, on assiste à une concurrence rude et acharnée entre les entreprises au Maroc. Pour faire face à cette situation, elles sont appelées à rechercher et adopter des outils efficaces de mesure et d’amélioration des performances. Parmi ces outils, nous citons le balanced scorecard (BSC). Sans aucun doute, cet outil est considéré comme l’une des innovations majeures connues par le contrôle de gestion durant les deux dernières décennies. On suppose qu’il est développé pour faire face à ce qui est communément appelé « crise »  de contrôle de gestion. Cette crise touche les outils classiques dont le tableau de bord de gestion.
 
On a souvent reproché aux tableaux de bord classiques de n’intégrer que les indicateurs financiers. Or, plusieurs chercheurs insistent sur l’importance des tableaux de bord dits « équilibrés » ou « différenciés ». Des indicateurs de qualité, des mesures sociales, des indicateurs orientés clients et des indicateurs orientés processus doivent être également retenus pour compléter les mesures financières. Pour répondre à cette situation, le BSC a vu le jour. Le BSC peut être défini comme un tableau de bord intégrant, en plus des indicateurs financiers, des indicateurs non financiers.  Ces indicateurs sont regroupés autour de quatre axes : finance (le CA, la rentabilité, les marges, etc.) ; clients (les indicateurs relatifs à l’évolution de la part de marché, à l’évolution de la proportion de nouveaux clients, etc.) ; processus internes (les indicateurs mesurant les délais de production, le nombre de produits en phase de lancement, etc.)  et innovation & apprentissage organisationnel (la productivité des salariés, leurs motivations, etc.).
 
Cet article examine les indicateurs intégrés dans les tableaux de bord de 62 entreprises installées au Maroc et leur impact sur la performance globale. Nous tenterons donc de répondre à ces deux questions suivantes : le BSC séduit-il les entreprises au Maroc ? Autrement dit, peut-on parler du BSC au Maroc ? Et dans quelle mesure le BSC contribue-t-il à l’amélioration de la performance des entreprises ?
 
Sans surprise, ce sont les indicateurs financiers qui sont les plus intégrés dans les tableaux de bord des entreprises enquêtées, 64% de ces entreprises intègrent « fortement » ou « très fortement » ces indicateurs dans leurs tableaux de bord. La proportion des entreprises qui adoptent des indicateurs relatifs aux clients est faible. Plus de 79% des entreprises ont déclaré qu’elles n’intègrent que moyennement ou faiblement ces indicateurs dans leurs tableaux de bord.  Les indicateurs mesurant la performance relative aux processus internes sont faiblement intégrés dans les tableaux de bord des entreprises étudiées. En effet, 57% des entreprises n’intègrent que faiblement ou très faiblement cette catégorie d’indicateurs dans leurs systèmes de mesure de la performance.  Les indicateurs relatifs à l’innovation & l’apprentissage organisationnel sont presque absents dans les systèmes de mesure de la performance des entreprises étudiées.  74% des entreprises ont déclaré que cette catégorie d’indicateurs n’est intégrée que faiblement ou très faiblement dans leurs tableaux de bord.
 
Ces résultats montrent que la performance mesurée par les systèmes de pilotage est principalement de nature financière. La majorité des entreprises ne recourt que faiblement aux indicateurs relatifs aux clients et aux processus internes. Quant à l’axe «apprentissage organisationnel et innovation », il n’est quasiment pas représenté dans les tableaux de bord.
 
La variété du contenu des tableaux de bord est positivement et significativement corrélée avec les trois dimensions de la performance : la compétitivité, la rentabilité et la productivité. D’une manière générale, l’équilibrage des tableaux de bord a un impact positif et statistiquement significatif sur la performance. Ces résultats montrent que la performance des entreprises est d’autant plus importante que les tableaux de bord sont équilibrés et se rapprochent du BSC.

Pour approfondir le sujet, consultez la publication de Azzouz Elhamma sur le site de la Revue Internationale de Management et de Stratégie.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook