Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Pour Louis Gallois il faut que la France crée un écosystème apte à la reprise





Le 5 Novembre 2013, par

Un an après la remise du désormais célèbre rapport Gallois sur la compétitivité de la France, Louis Gallois revient sur les réformes entamées par le gouvernement depuis se rapport dans une interview au journal Les Echos. S'il se félicite et félicite le gouvernement d'avoir pris en compte ses conseils, il confirme que des efforts restent à faire en France pour que la reprise soit durable.


cc/flickr/Parti Socialiste
cc/flickr/Parti Socialiste

L'ancien patron d'EADS est content que son rapport, malgré les remouds et les tensions qu'il avait créées, notamment sur le gaz de schiste, ait permis « une prise de conscience collective » et ait » conduit le gouvernement à prendre des décisions rapides et fortes ».


Mais il prévient que la reprise économique sera réelle à l'issue d'une travail dans le temps qui pourra durer « plusieurs années ». Même si aujourd'hui l’écart de compétitivité avec l'Allemagne a été réduit de moitié, il manque encore un véritable écosystème favorable à la reprise. C'est sur ce point que le gouvernement doit maintenant se concentrer.


En particulier, pour Louis Gallois il faut améliorer et favoriser l'apprentissage qui est « une machine formidable pour intégrer les jeunes dans de véritables emplois » ce qui sera déjà un pilier pour créer cet écosystème qui manque à la France. Le choc de simplification et la stabilisation fiscale aideront aussi, mais il y a un frein à la reprise : l'euro.


La monnaie unique est aujourd'hui trop forte et cela « peut étouffer la petite reprise à laquelle nous assistons » confie l'ancien patron d'EADS aux Echos. Il faudrait donc que l'Europe décide de faire comme le Japon, le Royaume-Uni ou encore les Etats-Unis et baisse sa monnaie. Ce n'est toutefois pas la solution miracle, juste une pierre à l'édifice.


« Un euro à taux faible ne dispense ni des efforts ni des réformes, mais il est aussi nécessaire au redressement de notre compétitivité » met en avant le commissaire général à l'investissement.



Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook