Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Quand la société de crédit réclame un remboursement de 400 millions d'euros





Le 19 Février 2017, par

L'anecdote ressemble à un cauchemar. Un couple de Saint-Brieuc a reçu un courrier d'une société de crédit demandant le remboursement d'une somme extravagante : 404 040 404,04 euros.


Plus de 400 millions à rembourser donc, une somme que ce couple est évidemment dans l'impossibilité de rembourser. Magnanime, l'agence de recouvrement explique dans le courrier qu'elle a décidé de ne réclamer que « les frais, intérêts et assurance » inclus dans le dernier prélèvement rejeté. « Votre prochaine échéance sera donc majorée », rapporte Ouest-France !

Il s'agit évidemment d'un bug, à même de provoquer des hauts le cœur chez les plus fragiles. Il se trouve que le couple a effectivement souscrit un crédit à la consommation, mais d'un montant de 800 euros seulement. Loin, très loin donc des 400 millions réclamés. Après un coup de fil à la société de crédit, les choses se sont rapidement arrangées. L'entreprise a assuré qu'il s'agissait bien d'une « erreur matérielle » et que le dossier était bien à jour.

Ce qui peut expliquer, en partie, le problème, c'est l'arrêt par le couple de l'autorisation par prélèvement automatique sur leur compte, suite à de précédents soucis. Ils ne remboursement plus que par chèque désormais, et un d'entre eux a été encaissé avec retard. Suite à cette erreur de paiement, la société de recouvrement a envoyé son courrier. Sans que cela n'explique la somme demandée !


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : crédit

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"

Fusions acquisitions : les pièges de l’engagement

Louis BERNARD, auteur de "La gestion de crise illustrée", nous livre les enseignements de la crise des missiles de Cuba
















Rss
Twitter
Facebook