Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Quand la vente de Royal Mail se transforme en "royal fail"





Le 21 Octobre 2013, par

Le Royaume-Uni est à nouveau sous le coup d'une nouvelle polémique politique. La question que tous les médias britanniques se posent depuis vendredi est la suivante : le gouvernement aurait-il bradé Royal Mail, la Poste britannique ?


En six séances, l'action Royal Mail a décollé de 52 % en Bourse.
En six séances, l'action Royal Mail a décollé de 52 % en Bourse.
Mise en vente le 11 octobre dernier via une introduction en Bourse, Royal Mail a vu grimper son action, au départ de 330 pence, pour finalement décoller de 52 %, six séances plus tard, à 502,5 pence. Une progression fulgurante qui n'a pas manqué d'intriguer les médias britanniques, et notamment le "Financial Times", qui posait ce week-end la question suivante à ses lecteurs : l'action Royal Mail a-t-elle été volontairement sous-estimée ?

Scandale public ! Particulièrement lorsque des millions de citoyens britanniques ont participé à cette vente. A ce sujet, le "Financial Times" enfonçait volontairement le clou, en déclarant que des banques d'investissement avaient évalué en juin dernier l'action de Royal Mail à 500 pence, bien loin des 330 factuels. A noter que Royal Mail est un groupe valorisé à 5 milliards de livres, soit 5,9 milliards d'euros.

Depuis ce lundi, l'opposition travailliste somme donc le gouvernement de s'expliquer sur ce couac. L'Etat, qui détient encore 38 % du groupe Royal Mail, argumente de son côté que les employés de Royal Mail menaçant de faire grève, et les incertitudes des marchés l'ont poussé à précipiter la vente, mais pour un prix tout à fait justifié.

Ce que confirme la BBC qui déclarait ce lundi que ce n'est pas rare de voir une décote être appliquée par un gouvernement lors d'une valorisation boursière, pour éviter notamment de pénaliser les souscripteurs.

A l'heure actuelle, Lazard, la banque choie pour conseiller l'opération doit passer le mois prochain en commission parlementaire pour s'expliquer de cette manœuvre houleuse et la majorité au pouvoir semble se dédouaner en accusant les banques non-choisies pour la vente de Royal Mail d'avoir monté cette polémique...


Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook