Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Rumeur de vente des chantiers de Saint-Nazaire : le coup de grâce ?





Le 10 Octobre 2013

La Korea Developpement Bank, qui détient les chantiers navals STX Offshore and Shipbuilding, a lancé une opération de restructuration globale du groupe. Avec la crise financière, les chantiers ont enregistré à travers totue la planète un recul considérable des commandes de nouveaux navires. On estime que la demande a diminué de moitié entre 2008 et 2012. En décembre 2012, la dette totale du groupe sud-coréen était estimée à 14 Milliards de dollars. C’est dans ce contexte que les créanciers du groupe coréen souhaitent mettre en vente STX Europe, division européenne de l’entreprise, qui détient par ailleurs 66% des chantiers de l’Atlantique.


Vous avez dit revente ?

Rumeur de vente des chantiers de Saint-Nazaire : le coup de grâce ?

Le secteur de la construction navale est décidément imprévisible. Leaders incontestés en la matière, les Groupes sud-coréens connaissent depuis 2008 de graves difficultés face à la chute brutale des commandes. Portés à bout de bras ces dernières années par l’Etat (actionnaire à raison d’un tiers via le fonds stratégique d’investissement), les chantiers français, notamment ceux de Saint-Nazaire, ont enregistré des commandes record à la fin de l’année dernière, notamment avec la construction du nouveau paquebot de la classe oasis, pour un milliard d’euros. En 10 ans, les chantiers de Saint-Nazaire ont changé trois fois de propriétaire . Tout d’abord Alstom Marine (depuis 1998), puis le finlandais Aker yards en 2006, et enfin STX en 2008. Cette ultime revente pourrait-elle avoir un impact sur l’avenir enfin prometteur, au moins à moyen terme, des Chantiers ?


Renouvellement et diversification

Les Chantiers de l’Atlantique, longtemps dans la tourmente, retrouvent enfin une certaine sérénité, avec des commandes navales en perspective : rien de moins que le plus gros paquebot du monde prévu pour 2016 et son éventuel sister-ship, en option, pour 2018, après les BPC russes, et l’annonce d’un grand projet de diversification de leur activité. A la fin de l’année 2012, les Chantiers ont en effet annoncé leur association avec Areva dans le but de proposer des offres complètes en matière d’énergie renouvelable marine et sous-marine, et d’éoliennes classiques. Ces projets d'éoliennes offshore ont pour but, à terme, de livrer des parcs entiers, notamment aux pays d'Europe du Nord, particulièrment intéressés par ces perspectives.


Optimisme de rigueur

L’activité de Saint-Nazaire n’est donc dans l’immédiat pas menacée, comme l’a souligné le ministre de l’économie et des finances Pierre Moscovici, qui émet par ailleurs des doutes sur l’information dévoilée par les Echos : « L’Etat, actionnaire indirect de STX France via le Fonds stratégique d’investissement (FSI), n’a notamment pas été saisi par STX Corée. En tout état de cause, aucun projet de cession ne peut avoir lieu sans information préalable de l’actionnaire public français», avant d’affirmer que «La situation économique et le financement des chantiers de Saint Nazaire ne sont (...) pas en cause dans le développement de la situation du groupe STX. STX France a pleinement consolidé son activité ces derniers mois, grâce à d’importants contrats remportés, en particulier à l’export. »  




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class














Rss
Twitter
Facebook