Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Sixt se moque gentiment de Manuel Valls





Le 11 Juin 2015, par

Manuel Valls est la dernière victime en date des publicités décalées de Sixt. Le loueur de véhicules s’est fait une spécialité du détournement à chaud de l’actualité, et il ne pouvait passer à côté de l’escapade berlinoise du Premier ministre.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Pour « éviter les turbulences », Sixt conseille donc au Premier ministre de « louer plutôt une familiale ». Allusion directe au voyage de Manuel Valls à Berlin dans un Falcon de la République, un vol d’ordre privé qui pourrait représenter la somme de 20 000 euros… aux frais du contribuable. L’affaire fait grand bruit et comme souvent dans ces cas-là, l’entreprise allemande joue avec pour faire parler d’elle. Mission réussie.

Sixt avait déjà exploité les tribulations sexuelles de DSK, la grossesse de Carla Bruni-Sarkozy, la corruption au sein de la FIFA… À chaque fois, le message est simple et direct. Et s’il n’oublie pas l’humour, nécessaire pour faire parler, la finalité est de pousser les consommateurs à louer des voitures chez Sixt plutôt que chez la concurrence !

Toutefois, ces publicités n’ont pas vocation à augmenter automatiquement les locations de voitures, mais sur le long terme, elles sont bonnes pour l’entreprises qui bénéficie ici d’un accroissement de son image de marque.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : sixt

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »

L'opinion publique, une fantasmagorie nommée désir?

NMW Delormeau : l’excellence au service d’une approche inédite du conseil corporate

Trianon Palace Versailles : une vie de château

Les dirigeants de PME-PMI face au risque terroriste en France

Fabrice Lépine, Wonderbox : "la bonne gestion, pilier de notre solidité"
















Rss
Twitter
Facebook