Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Un forfait carcéral pour les détenus ?





Le 28 Mai 2015, par

Les prisonniers doivent-ils payer le gîte et le couvert ? C’est la conviction d’un député UMP, Élie Aboud, qui cherche à mettre en place un système de participation aux frais pour les détenus.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Le « forfait » s’établirait entre 5 à 10 euros par jour, a calculé le député UMP de l’Hérault. L’argent récolté par ce biais, soit 250 à 300 millions par an, serait réinvesti dans l’amélioration des conditions de détention et pour lutter contre la surpopulation carcérale, d’après le projet d’Élie Aboud.

Un détenu « coûte » à la collectivité 100 euros par jour. Un tel forfait ne représenterait qu’une petite part, estime-t-il. Les Pays-Bas ont déjà mis en place un tel dispositif, à hauteur cette fois de 16 euros par jour. Il faut encore que le projet de loi soit inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale mais cette proposition a le mérite d’ouvrir le débat.

L’Observatoire international des prisons s’est étranglé en apprenant ce projet. Il explique que les détenus paient déjà une certaine somme en prison, pour se vêtir, louer une télévision, acheter des produits d’entretien. L’OIP estime cette somme à 200 euros par mois, sans compter les frais à l’extérieur, comme un loyer pour les courtes peines par exemple.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : prison

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Transformer l’organisation : la « stratégie des 100 projets »

Réussir la transformation de l’entreprise au point de contact client

Julien Aubert, député du Vaucluse : « L’absence de gaullisme fait le lit des extrêmes »

L’ISO 37001 comme outil stratégique anti-corruption et avantage concurrentiel

Vincent Stellian : "L'indépendance de Quiétalis et son réseau national, nos meilleurs atouts"

David Hury : « Raconter l’envers du décor »

Vers un protectionnisme raisonné ?

Marc Villand, Interconstruction: « nos projets sont un dialogue entre l’art et l’architecture »
















Rss
Twitter
Facebook