Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Yann Magnan, le patron de Duff & Phelps France, annonce un recentrage





Le 4 Décembre 2013, par La Rédaction

D’après Les Echos, le bureau français du cabinet de conseil en « corporate finance » Duff & Phelps vient d’annoncer un alignement de son catalogue de prestations sur la stratégie de la maison-mère américaine. Son patron, Yann Magnan, en a précisé les enjeux et le modus operandi.


Yann Magnan, le fondateur du bureau français de Duff & Phelps, vient d’indiquer que ses équipes se consacreraient désormais exclusivement aux activités de conseil en évaluation et en « corporate finance ». Jusqu’à présent, et depuis 2008, le cabinet proposait également des prestations en matière de restructuration, portées par la crise.

Comme l’explique Yann Magnan, les perspectives de poursuite de cette activité en France sont aujourd’hui compromises du fait « du contexte économique lié au marché français et des spécificités locales en matière de traitement des entreprises en difficultés ou sous-performantes ». Selon lui, « cette offre a évolué différemment du reste de l’activité de Duff & Phelps en Restructuring de Dette au niveau mondial, rendant son intégration stratégique au sein du groupe complexe. »

L’activité « restructuring » prend son indépendance

Ce n’est pas une fin pour l’équipe Restructuration, mais bel et bien une émancipation : elle prendra au 1er janvier 2013 la forme d’une structure indépendante par le biais d’un management buy-out. En outre, « les deux entités bénéficieront d’une alliance stratégique, partageant ainsi des synergies et intérêts économiques communs, au service de leurs clients communs », précise Yann Magnan qui entend préserver des liens privilégiés avec la nouvelle entité.

Un recentrage logique

En recentrant son cœur de métier sur le conseil et l’évaluation, Duff & Phelps s’inscrit dans une dynamique entamée au mois d'avril dernier : coté au NYSE depuis 2007, le cabinet a été extrait de bourse par quatre fonds d’investissement devenus actionnaires (Carlyle, La Compagnie Financière Edmond de Rothschild, Pictet et Stone Point). Yann Magnan explique cette sortie de bourse par la volonté de ces nouveaux actionnaires « d’accélérer le développement du groupe, notamment en dehors des Etats-Unis, notre marché historique, et en particulier en Europe et en France, sur notre cœur de métier, la valorisation financière et le Corporate Finance ».

Une ambition que partage à l’évidence le patron de Duff & Phelps France : « nous estimons que l’Europe, et la France en particulier, offrent des opportunités de croissance particulièrement intéressantes. Nous avons pour objectif de croître significativement en France dans les années à venir tant par le recrutement de Managing Directors et de Directors, que par le biais d’acquisitions. »




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

Direction générale | Politiques économiques | Industries et techniques







Master Class














Rss
Twitter
Facebook