Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

« Gilets jaunes » : la CPME craint des licenciements et des défaillances de PME





Le 10 Décembre 2018, par François Lapierre

Le mouvement des « gilets jaunes » pourrait avoir un impact important sur les petites entreprises, prévient François Asselin, le président de la CPME (confédération des petites et moyennes entreprises), qui tire la sonnette d’alarme dans le Journal du Dimanche.


Les manifestations et les blocages dus aux « gilets jaunes », ainsi que les violences en marge du mouvement, bousculent l’organisation économique du pays et il est à craindre que la croissance économique tourne au ralenti en cette fin d’années. Les petites et moyennes entreprises sont les premières touchées, craint François Asselin. « Nous sommes très inquiets. L'activité de beaucoup de nos adhérents est perturbée. La fin de l'année va être très compliquée pour nombre d'entreprises, notamment les très petites », explique-t-il. Le président de la CPME rappelle que « plus une entreprise est petite, plus elle est fragile. Les commerçants sont en première ligne. On doit s'attendre à de nombreuses défaillances ».

La fin de l’année et la période des fêtes sont capitales pour les commerçants et les PME. « Rater la fin de l'année, c'est rater son bilan. Il y aura donc des lendemains douloureux ». François Asselin s’en est ouvert auprès de Bruno Le Maire, il lui a demandé de réactiver la cellule de continuité économique qui avait été mise en place après les inondations dans le sud. Il voudrait aussi un « report des échéances fiscales et sociales pour accompagner ceux qui sont en difficulté ». Les banques doivent faire leur part, estime-t-il encore.

Les établissements bancaires devraient ainsi avoir un regard « bienveillant » sur les ouvertures et les renouvellements de crédit. « La confiance est essentielle, l'économie doit être soutenue. Les Français sont inquiets et n'ont pas le moral, cela conduit au repli sur soi. En cette période proche de Noël, le pays a besoin de douceur », plaide-t-il. Le dirigeant craint toutefois des licenciements. S’il se dit favorable à la prime de 1 000 euros défiscalisés et désocialisée, il prévient aussi que les entreprises touchées par la situation actuelle ne seront peut-être pas en mesure la verser.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook