Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Areva veut éponger ses dettes avec un plan d'économies gigantesque





Le 4 Mars 2015, par

On n'attendait plus que la confirmation de la part des dirigeants qui ont validé les comptes 2014 d'Areva, spécialiste du nucléaire français. Elle est tombée de mardi 3 mars 2015 : le groupe est en forte perte et le chiffre d'affaires a reculé de près de 10%. Du coup, pour tenter de redresser la tête, Areva lance un plan d'économies gigantesque à l'horizon de 2017 ainsi qu'un plan de cession d'actifs.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
A peine nommés, ils ont pris leurs fonctions en janvier 2015, que Philippe Varin, président du conseil d'administration, et Philippe Knoche, directeur général d'Areva, ont dû valider des comptes catastrophiques pour l'industriel. Les pertes, comme déjà annoncé, atteignent 4,8 milliards d'euros. Le chiffre d'affaires lui, chute de 8% à 8,3 milliards d'euros. Un coup dur pour un groupe pourtant mondialement reconnu.

Du coup Areva n'a pas d'autres choix que de lancer un plan d'économies à la hauteur de ses pertes : 1 milliards d'euros à l'horizon de 2017. Il sera accompagné d'un plan de cession d'actifs pour des montants censés dépasser les 450 millions d'euros a annoncé le groupe à l'issue de son conseil d'administration.

S'il faut toutefois relativiser ces chiffres, la perte opérationnelle du groupe atteint tout de même 2,6 milliards d'euros, le reste &étant dû à une dépréciation d'actifs, de retards sur les chantiers en cours comme le chantier finlandais de l'EPR d'Olkiluoto et de provisions.

L'avenir ne semble pas tout rose pour Areva malgré un carnet de commandes atteignant 49,6 milliards d'euros : l'endettement, selon M. Knoche, devrait continuer d'augmenter en 2015 et 2016. Les prévisions du groupe n'estiment pas un retour de trésorerie disponible avant 2018, soit à la fin de ce plan d'économies dont on ne connait pas encore tous les détails.

A la suite de cette publication, toutefois, le gouvernement ne semble pas enclin à agir. Alors qu'il détient 87% du groupe, il ne devrait se contenter que "d'accompagner" Areva, selon les propos d'Emmanuel Macron, mais ne prévoit pas une augmentation de capital. Et comment le pourrait-il alors que Bruxelles ne cesse de demander à la France des économies pour réduire son déficit ?


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook