Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​BeIn Sports sera forcément déficitaire ; va-t-elle fermer ?





Le 26 Janvier 2015, par

La chaîne qatarie qui s'est rapidement imposée dans le monde du sport et notamment du football risque d'être, en France, un très mauvais investissement pour le Qatar. Selon un cabinet d'études, Natixis, la stratégie agressive de BeIn Sports ne portera pas ses fruits et condamnera la chaîne à de gros déficits. Et ce n'est pas la première fois que Natixis prévient de ce problème majeur.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
BeIn Sports a déboursé gros, très gros pour s'imposer en France et diffuser les matchs de foot, notamment, mais pas seulement. Ce qui lui a permis de gagner 2,5 millions d'abonnés depuis son arrivée dans l'Hexagone. Mais selon le cabinet Natixis même avec 3 millions d'abonnés les recettes ne suffiraient pas à couvrir les dépenses en droits de rediffusion, entre autres.

Car avec 3 millions d'abonnés, selon Natixis, BeIn Sports engendrerait 275 millions d'euros de recettes. Pas de quoi couvrir les 287 millions d'euros déboursés en 2014 pour les droits de diffusion payés en 2014 et surtout pas ceux qu'elle déboursera en 2017 et qui devraient être de 450 millions d'euros.

Du coup, selon Natixis le déficit qui pend au nez de BeIn Sports et de ses actionnaires qataris est énorme : 2,2 milliards d'euros entre 2012 et 2020. Car BeIn Sports n'a même pas atteint la moitié du nombre d'abonnés nécessaires pour sa rentabilité.

En 2012, lorsque la chaîne débarquait en France, Natixis estimait le seuil de rentabilité de BeIn Sports à 5 millions d'abonnés. Le cabinet a porté ce seuil à 6 millions dans sa dernière étude et BeIn Sports n'en a acquis que 2,5 millions à ce jour.

Si Natixis a raison, cela pourrait signifier que BeIn Sports pourrait fermer, le groupe étant déjà déficitaire et le seuil de rentabilité étant assez loin.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook