Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Carrefour : tous les voyants dans le vert





Le 10 Avril 2015, par

Le géant français de la distribution commence l'année 2015 avec le vent en poupe. La publication des résultats des ventes du premier trimestre 2015 montrent une forte progression, bien supérieure aux estimations des analystes. Une montée en puissance soutenue par la France mais également par le Brésil. D'ailleurs le brésilien Abilio Diniz est monté à 5,07% du capital, preuve que les intérêts entre Carrefour et le Brésil sont réciproques.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
La croissance des ventes pour le premier trimestre 2015 a été, chez Carrefour, presque incroyable : +6,2% soit un chiffre d'affaires de 21 milliards d'euros. Une croissance bien plus importante que celle déjà enregistrée lors du premier trimestre 2014 mais qui n'était que de 3,7%.

En France, tout va bien pour Carrefour : le premier trimestre 2015 n'est autre que le 9ème trimestre consécutif de croissance organique. Les ventes ont atteint les 9,5 milliards d'euros, soit une hausse de 7,9% (2,6% en organique). De quoi conforter la croissance du groupe mais surtout de quoi le conforter dan ses choix stratégiques.

Une partie de cette croissance vient en effet des magasins Dia qui ont été rachetés par le groupe Carrefour fin 2014 et qui, doucement, se transforment en Carrefour Market, l'enseigne de distribution low-cost de Carrefour.

A l'international... tout va bien aussi : les pays étrangers représentent 11,46 milliards d'euros de chiffres d'affaires au premier trimestre 2015, en croissance de 8,45% sur un an (3,6% en organique). Sans surprise, c'est en Amérique latine que la croissance a été la plus élevée (+16,6% sur un an) portée surtout par le Brésil, deuxième marché du groupe, qui enregistre une croissance de 13,1%. L'Argentine signe la meilleure progression des ventes du groupe : +28% au premier trimestre 2015.

En Asie, par contre, Carrefour commence à voir les effets du ralentissement de la consommation : les ventes baissent de 10,5% à taux de change constant tandis que pour la seule Chine la baisse est de 13%.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art market



Les entretiens du JDE

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"




Opinion

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !

Transition énergétique : arrêtez d’emmerder les français !
Depuis des années, nous entendons parler de la fin du monde. Les gaz à effet de serre produits par les pays industriels aboutiraient à terme à la disparition de la vie sur terre. Il faudrait donc changer de mode de vie pour sauver la planète. On nous le répète à longueur de journée. Entre vivre et conduire, on choisit vite.

Jacques Debonsens















Rss
Twitter
Facebook