Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Dyson ouvre sa première boutique physique au Japon





Le 17 Avril 2015, par

Le géant britannique des aspirateurs pourrait bientôt se passer des distributeurs et des grandes surfaces pour vendre lui-même ses produits. Avec un chiffre d'affaires de 1,8 milliards d'euros et un statut de leader des aspirateurs sans sac, invention du fondateur de la marque James Dyson il y a une vingtaine d'années de cela, Dyson va bien. Alors pour se renouveler et devenir une marque à part entière le groupe ouvre une boutique physique.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Le choix de la capitale japonaise, Tokyo, pour l'ouverture de la première boutique physique de Dyson au monde n'est pas un hasard. Dans l'archipel Dyson est tout simplement le leader à la fois en valeur et en volume du marché japonais de l'entretien des sols. Mais il ne fait aucun doute que la marque ne compte pas s'arrêter là et peut-être que de nouvelles boutiques vont ouvrir dans les grandes villes du monde entier dans les années à venir.

La boutique Dyson de Tokyo est très inspirée par le show-room que Dyson a ouvert à Paris, rue de la Boétie. Au programme non seulement l'achat mais également l'essai des divers aspirateurs de la gamme du constructeur britannique. Et pas seulement.

Dyson a déjà annoncé un projet d'investissement de 2,3 milliards de dollars pour le développement de près de cent nouveaux produits dans quatre catégories différentes ce qui devrait permettre à la marque de s'imposer ailleurs que dans les aspirateurs. Ces produits devraient arriver sur le marché à l'horizon de 2018.

C'est un tournant dans l'histoire du constructeur qui a déjà commencé avec la première invention du fils de James Dyson, Jake, qui s'est intéressé au refroidissement des ampoules LED pour en augmenter la durée de vie. Un projet réussit puisque désormais Dyson propose également des lampes à côté des sèche-mains, des aspirateurs ou des ventilateurs.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook