Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Fleur Pellerin s'attaque à l'optimisation fiscale de Google





Le 11 Février 2015, par

L'optimisation fiscale de Google et des autres géants américains de l'Internet, comme Apple, Amazon ou eBay, sont au centre des critiques de la part des gouvernements du monde entier et notamment européens. Via des montages financiers opaques mais légaux ils réussissent à payer moins d'impôts. C'est le cas de Google en France mais la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, a peut-être trouvé une parade.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Google n'a, en 2013, payé que 7,7 millions d'euros d'impôt sur les sociétés relatifs aux 231 millions d'euros de chiffre d'affaires que le groupe a déclaré au Fisc français. Sauf que selon une étude de l'Irpef le géant de Mountain View aurait un chiffre d'affaires publicitaires de 1,6 milliard d'euros en France et devrait, en toute logique, payer beaucoup plus d'impôt.

Les Fiscs des états concernés par cette technique d'optimisation fiscale sont donc à la recherche d'un moyen pour faire payer les géant du web et Fleur Pellerin aurait trouvé une solution potentiellement viable : faire payer le débit internet utilisé par les services de ces grands groupes.

Dans le viseur de Fleur Pellerin il y a naturellement la filiale Youtube de Google, entre autres. En créant une taxe sur le débit utilisé, Youtube se verrait donc fortement imposé en France tout comme, par exemple, Amazon et ses quelques 16 millions de visiteurs uniques en France. Mais également Netflix, le service de Vidéo illimitée par abonnement qui a débarqué en France en septembre 2014.

De plus, si cette idée arrive à bon port, les équipes de Bercy seraient en train d'en vérifier la faisabilité et l'impact économique, Fleur Pellerin répondrait ainsi aux demandes récurrentes des opérateurs internet français qui critiquent régulièrement Google de leur encombrer leur bande passante sans leur donner compensation.

Naturellement, la ministre de la Culture a également pensé aux groupes français du secteur, comme Dailymotion. Elle compte permettre la déduction de cette taxe sur le débit de l'impôt sur les bénéfices, la rendant ainsi sans impact pour les groupes déclarant l'intégralité de leurs revenus en France.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

Risque Amiante : le point sur les nouvelles obligations avec SET Environnement
















Rss
Twitter
Facebook