Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Kuka, spécialiste allemand de la robotique, sera bien racheté par les Chinois





Le 18 Août 2016, par

Au début de l'été l'industrie allemande avait été secouée par une annonce de taille : un de ses fleurons spécialisé dans la robotique, Kuka, allait devenir chinois. Le géant Midea avait lancé une offre d'achat que la direction de l'entreprise d'Outre-Rhin a acceptée fin juin 2016 et dès juillet 2016 Midea avait entamé sa prise de contrôle. Un peu plus d'un mois plus tard, le feu vert des autorités a été donné.


cc/pixabay
cc/pixabay
L'Etat allemand n'a pas de suite été convaincu par l'offre de Midea sur l'entreprise Kuka et avait tenté de bloquer le processus de rachat. Kuka devait toutefois gagner quelques 1,2 milliard d'euros dans le cadre de l'opération qui voyait Midea, entrée au capital de Kuka en 2014, prendre le contrôle quasi-intégral de l'entreprise allemande.

Mercredi 17 août 2016, toutefois, la situation a été retournée. Dans un communiqué de presse les autorités allemandes ont annoncé qu'après l'étude du dossier de rachat elles n'allaient pas s'opposer à la prise de contrôle totale. Initialement, dans les plans de Berlin, Midea n'aurait dû prendre que 49 % du capital de Kuka, laissant finalement plus de la moitié du capital entre les mains des actionnaires allemands.

L'annonce des autorités risque de ne pas être du goût du gouvernement d'Angela Merkel mais, selon le communiqué, aucun blocage juridique ni aucun problème de concurrence ne pouvaient justifier un veto sur l'opération. Une bonne nouvelle pour le géant allemand qui, le 8 août 2016, avait annoncé détenir 94,55 % du capital de Kuka.

L'opération devrait donc être menée à bien selon les plans de l'entreprise chinoise et l'Europe perdra un autre de ses fleurons industriels de pointe.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »










Rss
Twitter
Facebook