Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​L’Alaska se prépare à... taxer les revenus





Le 28 Décembre 2015, par

C’est un fait peu connu en Europe mais l’Alaska n’a pas d’impôt sur le revenu de ses habitants. Le pays, riche en pétrole, a toujours pu compter sur les rentrées d’argent liées à l’or noir pour stabiliser ses comptes. Une manière pour attirer des personnes dans cet état américain aux températures très froides et qui, en termes d’attractivité, n’arrivait pas à la cheville des Etats du sud du pays. Mais l’aubaine est bientôt terminée.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Le régime fiscal de l’Alaska est unique aux Etats-Unis et a fait son succès : depuis 35 ans les citoyens ne payent aucun impôt sur le revenu ce qui a attiré beaucoup de personnes dans un environnement hostile. Un régime fiscal qui a été permis grâce à la construction, dans les années 70, d’un oléoduc de plus de 1 200 kilomètres.

Le pétrole y transite moyennant paiement et cette rentrée d’argent a permis de couvrir la quasi-intégralité des dépenses publiques de l’Alaska, qui bénéficie également d’un statut d’Etat indépendant et donc d’une plus grande liberté d’action en termes de loi et réglementation.

Ainsi, chaque année, 90% des 5 milliards de dollars de dépenses provenaient du seul pétrole. Mieux : l’excédent de cet argent était même reversé aux habitants : 2 000 dollars cette année 2015. Mais le prix du pétrole en Bourse, qui a chuté depuis juillet 2014, va changer la donne.

Le cours du baril influence directement le prix du transit par l’oléoduc et donc... les revenus de ce dernier. Et ils ne suffisent plus. Selon le calcul du gouvernement de l’Alaska il manque près de deux tiers du montant total. Le gouverneur Bill Walker réfléchit donc à une manière de récupérer de l’argent pour couvrir les frais publics.

Deux solutions sont à l’étude et pourraient être instaurées si nécessaire : taxer les revenus et réduire la redistribution de l’excédent. Et mettre ainsi fin à une exception...


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook