Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​L'Assemblée Nationale laisse la TVA sur les tampons à 20%





Le 15 Octobre 2015, par

C'était une mesure qui visait à améliorer le quotidien des femmes et qui avait été portée à l'Assemblée Nationale par la présidente de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée Catherine Coutelle : la baisse de la TVA sur les serviettes hygiéniques, les tampons ou encore les coupes menstruelles. Cela aurait permis de réduire le prix de ces produits considérés comme de première nécessité. Mais il n'en sera rien.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Lors du vote de ce jeudi 15 octobre 2015 concernant la loi de Finances 2016, et contre toute attente, l'Assemblée a rejeté l'amendement. La TVA des tampons et affines ne sera donc pas baissée à 5,5% comme prévu et demandé mais restera à 20% comme pour tous les autres produits d'hygiène. Une décision qui s'accompagne d'un commentaire pour le moins étrange de la part du secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert.

S'il est vrai que la baisse de la TVA des tampons et serviettes hygiéniques aurait coûté 55 millions d'euros à l'Etat en termes de manque à gagner et que le gouvernement cherche désespérément de faire des économies pour rentrer dans les cordes du Pacte de stabilité, l'intervention de Christian Eckert a quelque peu agacé sur les réseaux sociaux.

Le secrétaire d'Etat a en effet déclaré que " Le gouvernement ne souhaite pas bouger sur les niveaux de taux de TVA. Ça vaut pour cet amendement comme pour la kyrielle d'amendements que nous allons examiner. Mais il y a beaucoup de produits d'hygiène qui concernent plutôt les hommes, mais pas exclusivement, dont le taux de TVA est à 20%. Les mousses à raser, spéciale hommes, ont des taux de TVA à 20%"

La comparaison entre les mousses à raser et les tampons, alors que les femmes subissent déjà la "taxe rose" de la part des entreprises, risque de mal passer chez les féministes...


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook