Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​L'Islande met un terme à sa candidature pour l'UE





Le 13 Mars 2015, par

Ce jeudi 12 mars 2015 l'Islande met un terme à son aventure pour rentrer officiellement dans l'Union Européenne. Une décision prise sur fond de quotas de pêche et de réglementations qui ne plaisent guère à l'île mais auxquels elle aurait dû se soumettre en cas d'acceptation de sa candidature. Au final, l'Islande n'aura postulé que 6 ans, sans succès.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
L'annonce pourrait donner des arguments aux eurosceptiques et pourrait créer une nouvelle micro-crise au sein de l'Union Européenne puisque les arguments avancés par l'Islande semblent tenir debout. Selon elle il y a plus d'avantages à rester en dehors de l'Union Européenne qu'à y rentrer... surtout que le pays est inclus dans divers accords dont l'accord de Schengen permettant le libre échange commercial et la libre circulation des personnes.

C'est le gouvernement de centre-droite, fortement eurosceptique, qui a annoncé le retrait de la candidature de l'Islande à la Lettonie, actuellement à la présidence de l'Union Européenne. En cause, notamment, les quotas de pêche.

En entrant dans l'UE l'Islande aurait dû se plier aux quotas de pêche qui sont fixés par Bruxelles alors même que le pays les a relevés en 2010 et qu'ils dépassent actuellement les quotas européens. La pêche restant une activité vitale pour l'économie islandaise qui a encore du mal à se relever de la crise économique de 2008, réduire les quotas aurait été catastrophique pour le pays.

La décision fait tout de même débat en Islande puisqu'aucun référendum sur le sujet n'a été prévu, la décision émanant directement du gouvernement au pouvoir. Un détail qui n'a pas manqué d'être souligné par l'opposition.

Mais le résultat est le même : l'Islande ne candidate plus pour une entrée dans l'Union Européenne et il paraîtrait plus qu'étonnant qu'une nouvelle candidature soit proposée à court ou moyen terme.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook