Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​La baisse du pétrole permet à Engie de relancer les centrales à gaz





Le 21 Janvier 2016, par

Les ménages qui se chauffent ou cuisinent au gaz de ville l'ont remarqué : en 2015 les tarifs règlementés ont fortement chuté permettant de grosses économies sur les factures. Mais ces économies ne bénéficient pas qu'aux consommateurs : Engie (ex-GDF) a aussi bénéficié d'un tarif qui a chuté de 50%, tiré vers le bas par le pétrole. Du coup l'énergéticien a pu rallumer certaines centrales.


Shutterstock/Economiematin
Shutterstock/Economiematin
Lorsque le prix du gaz était très élevé, en 2014, le groupe Engie avait décidé d'éteindre les 4 centrales à gaz qu'il gère en France. Le coût de a production d'électricité était en effet trop élevé pour les maintenir en fonction. Mais cette décision s'est faite non sans provisionner de l'argent : bien qu'à l'arrêt, les centrales coûtent cher.

Les quatre centrales, uniquement en taxes, coûtent à Engie la coquette somme de 3 millions d'euros par an chacune. A cela il faut bien évidemment ajouter le coût de l'entretien, des équipes... une perte nette que le groupe a pu résorber un peu avec la baisse du prix du gaz. En relançant les centrales, la production d'électricité a pu reprendre et, de fait, la rentabilité et l'amortissement de l'investissement initial.

Les centrales, modernes, ont coûté entre 250 et 300 millions d'euros chacune. Un investissement qu'Engie avait du mal à rendre rentable. La baisse du prix du gaz, que les analystes estiment devoir se continuer alors que le pétrole ne semble pas montrer de signes de reprise et que l'Iran s'apprête à inonder le marché de son brut, va donc permettre à Engie de souffler.

En 2015, les quatre centrales du groupe ont produit deux fois plus d'électricité qu'en 2014. Et la tendance devrait se maintenir, surtout cet hiver, particulièrement froid si comparé aux températures très douces de l'hiver 2014-2015


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

L’avenir de l’Europe passe par la Culture

Frédéric Pierucci : « Il y a une opportunité stratégique de rachat à GE de la branche nucléaire d’Alstom »

Guillaume Alvarez, vice-président senior de Steelcase : manager une entreprise mondialisée en France

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque










Rss
Twitter
Facebook