Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​La relation client : le nouveau financement des musées français ?





Le 17 Juin 2019, par Jobphoning.com


Face à la réduction perpétuelle des investissements dans les musées de la part de l’État français, on commence à lever la tête et se tourner vers d’autres méthodes de financement. Directement dans notre champ de vision, un modèle provenant d’Amérique du Nord  se concentre sur la relation client pour mettre en place une stratégie fonctionnelle d’autofinancement.

Sur ce sujet, la France est totalement devancée. En pratique, les musées et autres acteurs culturels français dans la même lignée sont forcements financés par des subventions d’État. Alors qu’aux États-Unis, ces financements gouvernementaux ne dépassent pas la barre des 10 % du budget de ces acteurs culturels. Du côté du Canada, même système, la majorité de ces derniers doivent s’autofinancer à 50 %.

Peu importe sa provenance (particuliers, fondations, entreprises, etc.), ce financement privé est le moteur principal de ces acteurs culturels. Et la stratégie responsable d’un tel résultat n’est autre que la mise en avant de l’adhésion du public par abonnement. Le résultat de cette valorisation de la relation client est sans appel, il s’agit là d’un moyen durable et efficace pour assurer un revenu stable et régulier à ces institutions culturelles.

La relation client et la digitalisation de la société au secours des musées

Ce n’est clairement plus nouveau, la tendance actuelle consiste à placer le client au centre de la stratégie des entreprises. On ne produit plus des offres pour les clients, ce sont les clients qui définissent directement le format et le contenu des offres.

Face à la banalisation de cette tendance marketing, et de consommation, les institutions culturelles ne peuvent désormais plus être des cas à part. Les besoins et attentes des visiteurs ont considérablement évolués au cours des dernières années. Maintenant, la grande majorité des clients, ou des visiteurs, s’attendent à une personnalisation du contact, un échange fourni et de qualité développant des interactions privilégiées et de proximité avec les entreprises, ou alors dans cette situation, les institutions culturelles.

Cette mutation de la relation client, dans le bon sens, est notamment due par tous les programmes, actions et stratégies fortement développées par les entreprises. On pense notamment au développement des supports de communications digitaux tels que les sites web, les réseaux sociaux, les applications de marque, etc. En parallèle, on peut également y ajouter des outils plus concrets tels que les logiciels PRM favorisant la gestion de la relation prospect  et la mise en place d’une communication plus ciblée, donc plus personnalisée et donc plus privilégiée.

En résumé, les individus attendent de véritables relations et expériences personnalisées dans leur consommation quotidienne, et sont prêts à payer davantage pour cela. Alors, pourquoi pas appliquer cela aux institutions culturelles, d’autant plus quand cela mène vers l’autofinancement.

Outre les abonnements, les programmes d’adhésions, les solutions sont nombreuses. On pense notamment à la mise en place de visites virtuelles pour toucher des cibles fréquentant pas ou peu ces lieux culturels. Et cela est d’autant plus facilité par la multitude d’outils technologiques actuels favorisant ce type d’expérience.

On peut également citer la mise en place de programmes spécifiques de visites virtuelles et d’accès aux œuvres, en tant que véritables ressources pédagogiques à destination des écoles, collèges, lycées, etc.
Vous l’aurez compris, les solutions sont nombreuses, et elles sont là.

Article proposé par : jobphoning.com



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook