Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

​Les Etats-Unis seraient à risque déflation





Le 9 Janvier 2015, par

Les Etats-Unis sont pointés du doigt par nombre de pays de la zone euro comme ayant réussi à se sortir de l’impasse de la crise économique de 2008, notamment grâce aux programmes de rachats d’actifs lancé par la FED sous l’égide de Janet Yellen. Mais malgré ce succès certains analystes estiment que l’ombre de la déflation les hante et qu’elle pourrait devenir réalité très bientôt.


Shutterstock/economiematin
Shutterstock/economiematin
Alors que la Zone Euro est en déflation depuis décembre 2015, ce qui est une très mauvaise nouvelle puisque cela sanctionne l’échec de la politique de Mario Draghi, de la BCE et des gouvernements, les Etats-Unis semblaient être tirés d’affaire. Difficile, à première vue, d’imaginer que les prix à la consommation pourraient reculer dans un pays à la croissance forte et à la création d’emplois historique. En décembre 2014 le chômage a chuté à 5,6%.

Pourtant ce serait le cas, à en croire l’analyste de BNP Paribas Laura Rosner. La déflation pourrait frapper les Etats-Unis et ce dès le premier trimestre 2015, pour se poursuivre pendant le deuxième trimestre de cette année. Les prix pourraient chuter de 0,3% ou 0,4%, soit plus que la déflation enregistrée en Zone Euro pour décembre 2014 et qui s’était établie à 0,2%.

La faute, selon Laura Rosner, revient intégralement à la chute du cours du pétrole qui a fait littéralement s’effondrer le coût de l’énergie partout dans le monde. Et comme le coût de l’énergie est intégré dans le calcul de l’inflation globale, la chute du pétrole a entraîné avec elle le taux d’inflation.
Toutefois une grande différence subsiste entre les Etats-Unis et la Zone Euro : le taux d’inflation sous-jacent, c’est-à-dire le taux d’inflation hors produits volatiles comme l’énergie. Il reste bas en Zone Euro en décembre 2014, +0,8%, mais devrait être d’un niveau idéal aux Etats-Unis pour les deux premiers trimestres 2015 s’établissant, toujours selon Laura Rosner, aux alentours de 1,7%.
 


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook